2606

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Covan
(chant)

-VX The Mind Ripper
(claviers)

-Rafal Kastory
(guitare)

-Mitosz Likowsky
(batterie)

-Grzegorz Feliks
(basse)

TRACKLIST

1)Code Word (personal) Cold World
2)Abstract
3)Infected Tears
4)Inspiration
5)Nameless Rot
6)Sins of Nations
7)Sugar Cube (cyber instrumental)
8)Twisted Logic
9)Structure of Emptiness
10)Into(my)xcitation
11)Acid Sideefect: Lost in Darkness (cyber instrumental)

DISCOGRAPHIE


Atrophia Red Sun - Twisted Logic
(2004) - death metal indus Cyber Death Metal - Label : Empire Records



Atrophia Red Sun est une entité musicale difficile à appréhender. Venant de Pologne, pays du death et du thrash ultra technique et carré, le groupe ne déroge pas une seule seconde à la règle, mais va bien plus loin en proposant un disque d'une ampleur et d'une profondeur telles qu'il vous faudra bien plus que quelques écoutes pour en apprécier toute la teneur. Groupe inconnu, Atrophia Red Sun ne va pas tarder à percer, grâce à un Twisted Logic surprenant à plus d'un titre. Amateurs de compositions à multiples tiroirs, à la logique tordue, mais néanmoins compréhensible pour qui s'y intéresse réellement, vous allez être ravis!

Regorgeant de plans à plusieurs niveaux, les compositions de Twisted Logic lorgnent tantôt vers le death atmosphérique, tantôt vers le cyber metal, une autre fois vers le thrash technique, enfin vers le prog. Imaginez un mix de ces quatre genres et vous aurez une petite idée de ce qu'est la musique d'Atrophia Red Sun, qui illustre parfaitement ce que peut ressentir un esprit schizophrénique. Atrophia Red Sun multiplie les références, mais sans pour autant faire de son album une bouillie sonore indigeste. L'ensemble demeure très froid, grâce aux sonorités cyber qui égrènent les morceaux (la dernière minute de "Nameless Rot", sublime et planante; les invectives de "Infected Tears", l'intro du thrashisant puis deathisant "Structure Of Emptiness"), sans pour autant tomber dans le nihilisme marqué au fer rouge. Ici, la froideur est calculée, au millimètre près.

Le groupe évite soigneusement les redites, sans pour autant oublier de jouer avec nos nerfs neuf fois sur dix, avec des rythmiques hallucinantes, jamais entendues. L'ensemble est comme un équilibriste, toujours sur le point de tomber mais qui ne tombe jamais, en fin de compte. Malgré tout, les plans aériens et mélodiques sont légion ("Inspiration") et permettent de faire respirer un ensemble, qui, sans ces passages, tomberait dans la pure démonstration technique. Parfois même, le groupe va jusqu'à utiliser la guitare acoustique ("Structure Of Emptiness"), montrant ainsi qu'il est tout à fait enclin à la mélodie, étonnamment présente malgré de nombreuses lignes instrumentales barrées, techniques à en crever et parfois même totalement impensables. Elles font parfois penser à un mélange Meshuggah/Fear Factory sous acide ("Sins Of Nations")!

Le chant de Covan est écorché, passablement mauvais, mais il est de toute façon allègrement camouflé par le flot musical qui l'enrobe. La technique musicale de ce disque, cela va sans dire, est heureusement irréprochable, avec une mention spéciale aux guitares, qui assènent leurs riffs taillés au burin avec la précision d'un métronome et à une batterie impressionnante. Le reproche (si c'en est vraiment un) que l'on pourrait faire à ce disque, c'est de toujours jouer à la roulette russe avec les conventions du genre, voire même de les dépasser allègrement ("Sugar Cube" et son feeling asiatique introduisant le titre phare du disque, "Twisted Logic", complètement fou et halluciné, avec ses riffs robotiques). Il faut donc s'armer d'une bonne concentration et faire preuve d'une sacrée ouverture d'esprit, pour comprendre la démarche originale du groupe.


Twisted Logic est un disque anti-conformiste, qui saute dans ses compositions d'un style à l'autre, d'une rythmique à l'autre et d'une atmosphère à l'autre sans se soucier de savoir si tout le monde fera pourtant le lien. Les compositions sont plus accessibles que celles d'un Meshuggah (avec qui on pourra évidemment faire le parallèle), plus mélodiques, moins démonstratives, tout en étant d'une profondeur sans égale. Chaque écoute révèle son lot de détails farfelus: un petit riff qu'on avait passé sous silence par ci, un sample qu'on avait à peine remarqué par là. Bref, Twisted Logic est un album en avance sur son temps, surprenant, très déstabilisant, osé même, mais qui comporte une quantité non négligeable d'idées musicales cohérentes, malgré leur complexité et leur toute relative accessibilité. Une véritable expérience à tenter, sous peine de passer à côté de quelque chose de tout à fait nouveau dans le genre. Soit vous adorerez, soit vous détesterez cordialement.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1