2604

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 8.5/20

LINE UP

-Nitto
(chant)

-Emo
(chant)

-Chinaski
(guitare)

-Dade
(basse)

-Tokyo
(batterie)

TRACKLIST

1)Fist
2)But I Thought Everything Was Alright
3)Inno All'Odio
4)Charon
5)Sleepless
6)Evoluzione
7)Lost in a Videogame
8)Rotten Mouth and Broken Arm
9)Squeal
10)ADHD
11)Therapia
12)To Protect and Serve

DISCOGRAPHIE


Linea 77 - Available For Propaganda
(2005) - punk pop rock - Label : Earache Records



Earache continue à diversifier son catalogue, et surtout à le rendre plus accessible. Après Addiction Crew et leur pitoyable mélange Evanescence/Linkin Park (l'énergie et l'inventivité en moins) voici Linea 77, une autre formation italienne qui donne dans la musique à djeunz. Si le groupe semble dominer le marché rock dans son pays ils sont complètement inconnus chez nous, et à l'écoute de cet album on comprend pourquoi. Leur pop-rock punkisant est en effet un étalage de clichés, une parodie de musique pour film américain mettant en scène des adolescent(e)s débiles dont l'objectif de vie est de se faire sucer avant l'âge légal ou de devenir la plus fashion du campus. Misère...

Inutile de vous faire un descriptif très poussé de l'orientation musicale générale de Linea 77 : mettez-vous le DVD d'un American Pie au choix, regardez un épisode de Smallville ou de je ne sais quelle série US à la mode et vous saurez tout de suite. On est dans le pop-punk, cette mixture de gros accords catchy et de refrains mélodiques qui restent scotchés à votre crâne toute la journée (ou du moins essaient très fort). Voilà pour l'idée générale, mais Linea 77 se détache du reste de la scène par une approche plus "métal" : les riffs sont plus méchants que la moyenne des groupes-à-surfers et le chant donne plus souvent dans le braillé punk (comprendre avec une technique vocale à la Casey Chaos, soit inexistante) que dans les jolis chœurs à la Blink 182.

Le double chant est d'ailleurs un point commun entre les deux formations, mais là ou Blink aligne deux vrais chanteurs très différents et complémentaires Linea 77 nous propose ce que j'ai pu entendre de plus inintéressant en matière de duo vocal. Il est quasiment impossible de distinguer les deux voix qui donnent l'une comme l'autre dans le cri bébête ou le chant clair poussif. La bio annonce le double chant comme le "trademark" du groupe, c'est donc d'autant plus gênant ! J'imagine que le style de chant «moi et ma bande de potes on aime beugler» se veut punk et "authentique", mais personne n'a pu jusqu'à présent détecter deux chanteurs dans ce groupe à l'écoute du CD. C'est ballot.

Musicalement parlant décrire plus avant ce CD est presque un fardeau tant il est quelconque. Quand on tombe sur un truc affreux on peut au moins se défouler un coup, se faire plaisir en décortiquant les différents points qui font de l'album en question une bouse... Ici il n'y a rien de franchement laid, rien qui ne révèle un mauvais goût impardonnable. Cet album est juste d'une platitude déconcertante: le genre abordé n'est déjà pas super bien connoté mais en plus la formation n'apporte rien. Contrairement à un combo comme Evergreen Terrace qui avait réussi la synthèse surprenante entre pop-punk boutonneux et vrai punk corrosif voire thrash/hardcore violent, Linea 77 se contente de vaguement durcir certains passages, ce qui ne suffit évidemment pas à se créer un son propre. J'ai longtemps attendu le passage qui ne sonnerait pas comme quelque chose de déjà fait... Tellement longtemps que le CD a fini par s'arrêter tout seul. Mis à part l'usage de l'italien sur un titre, rien ne permet à Linea 77 de sortir du lot. C'est désespérant.


Conclusion: ce n'est pas en continuant à signer des formations aussi dépourvues de relief qu'Earache va réussir à devenir un label mainstream. Je n'ai rien contre le pop-punk, comme je n'avais rien contre le nu-metal au moment d'écouter Addiction Crew : il se trouve juste que les groupes choisis pour représenter ces genres musicaux "tous-publics" ne font en aucune manière avancer le schmilblick. Ecoutez plutôt dans le même genre l'album Blink 182 sorti en 2004 qui renferme son lot de très bonnes idées... Car mieux vaut un groupe ultramédiatisé qui possède une réelle personnalité artistique qu'un groupe sans intérêt signé sur un label underground ! Non ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5