2578

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Junior
(chant)

-Pannok
(guitare+programmation)

-Ghiso
(percussions+programmation)

-Figi (basse)

TRACKLIST

1)Porcupine Lips
2)John G.
3)Donr & The Receiver
4)Fly
5)Camogli
6)Mariah
7)Mr President Combo # 1
8)Real Sport
9)Cupid
10)From Dusk 'Til Dawn
11)Fidji
12)Mirror
13)Through The Barricades
14)Shitman

DISCOGRAPHIE


Atomic Ants - Keep Cool And Dry
(2006) - rock néo metal - Label : Casket



«Mais comment ont-il eu mon adresse?»… Je revois encore le visage éploré de notre Lordlatem national, désespéré devant la montagne de promos inattendus envoyés d'Italie qui s'était abattu sur lui et donc par ricochet sur moi. Qu'à cela ne tienne, nous allions faire honneur à notre statut d'Immortels (comprendre de dilettantes bénévoles de la chronique) et nous atteler à cette déferlante transalpine pour la décortiquer, la disséquer et la noter comme nous aimons tant le faire. Puis les bonnes surprises ont commencé à débarquer : après le néo-métal efficace des Keenants, voici le rock mélodico-prog des Atomic Ants. Vous croyez que la présence du mot "ant" y est pour quelque chose?

Atomic Ants arrive à point nommé pour nous débarrasser des derniers clichés qui persistaient sur le métal italien. Je m'attendais à un bête clone de je ne sais quoi, et le titre d'entrée "Porcupine Lips" m'a vite calmé. Outre l'excellent son et l'originalité des riffs à la fois bruitistes et mélodiques, c'est la voix du nommé Junior qui frappe en premier lieu. Son timbre chaud m'a renvoyé aux frissons éprouvés lors de la découverte de novAct et de son incroyable Eddy Borremans. Pour ceux qui n'ont toujours pas jeté une oreille sur Tales From The Soul, imaginez le timbre et les inflexions d'un Blaze Bayley boosté au groove et dont l'expressivité naturelle serait décuplée. Si Junior ne maîtrise pas aussi bien son organe que Borremans il expérimente plus, et porte le flambeau d'un groupe qui de plus est très loin de se réduire à un très bon vocaliste…

Atomic Ants est composé de très bons musiciens qui ont décidé d'orienter leur inspiration vers un mélange de feeling pop-rock, d'inspiration prog et d'énergie métal pour un résultat qui détonne fortement. L'énergie comme le groove d'un John G. sont relevées d'un grain de folie plus qu'appréciable : les éléments funky-disco (qu'on retrouvera dans "FiDji") et les rythmiques saturées collent la banane tant ce morceau relève à la fois du tube immédiat et de la véritable recherche. Les titres les plus énervés envoient du riff sévère ("The Donor & The Receiver", "The Real Sport") alors que d'autres se focalisent sur la mélodie à fond comme "Fly". Atomic Ants ne semble se fermer aucune porte et c'est heureux : l'inter-titre "Camogli" décline rythme de samba et pop semi-acoustique avec bonheur, alors que "Mariah" lie beats électro, riffs heavy et un flow ragga incroyable de Junior sur le refrain. Maîtrise, inventivité, tout est là pour le bonheur du peuple.

L'autre bon point de Keep Cool And Dry, c'est que le groupe semble percevoir quand il "dérape" et rattrape la sauce avec ce qu'il faut d'inventivité au bon moment. Le riff de "Mariah" déjà cité s'appuie sur un riff piqué à System Of A Down mais le chant de Junior sauve le tout (même chose dans "The Real Sport", avec moins de succès malheureusement). La ballade Fly aurait pu se révéler totalement insipide si Junior ne transcendait pas la compo dans sa première moitié avant que ses comparses ne prennent le relais. Et il y a cette capacité à se lâcher complètement : le passage country du très très catchy "Mr. President" sont un régal, mais les trois minutes de cette chanson quasi-prog renferment bien plus que ça. Riffs hard rock puis heavy-metal, refrain "à la novAct", chœur qui évoque immanquablement le Maiden de Bayley, influences Beatles qui ressortent ensuite… Un titre de ce calibre suffit à imposer le respect.


Le côté immédiatement accessible de Keep Cool And Dry, la patate dégagée et le chant accrochent l'auditeur dès le début… Et ce plaisir initial augmente au fur et à mesure des écoutes car on découvre sans cesse de petites subtilités et de nouvelles preuves du talent de la bande. Ces quatre Italiens semblent en effet être doués dans tous les domaines : la petite compo qui cartonne, le long morceau qui emporte ("Cupid" et ses six minutes trente de rock progressif), l'instrumental, leur principale qualité restant l'enchaînement de styles assez éloignés Une fois pardonnées quelques petites erreurs de jeunesse (trois titres sont marqués du sceau "orientalo-jumpy" System Of A Down) cet album Atomic Ants reste un petit bonheur de recherche, de mélodie et d'énergie. Assuré d'une place dans mon Top 10 des albums 2006, Keep Cool And Dry est une petite claque inattendue qui ne demande qu'à être asséné sur votre visage consentant. Allez-y!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2