2575

CHRONIQUE PAR ...

4
Daphné
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Fred Franchitti
(chant+piano)

-Jean-Baptiste Djib Mory
(basse)

-Greg Baudrier
(batterie)

-Manu Baroux
(guitare)

TRACKLIST

1)Rockmusic
2)Regarde moi
3)Un homme bien
4)Un million de lézards
5)Coming out
6)Champagne
7)De jour comme de nuit
8)Ma blonde
9)Croiser le fer
10)Tête de lune
11)Soldier
12)Italy
13)À vendre

DISCOGRAPHIE


Aston Villa - De jour comme de nuit
(2005) - rock - Label : Naïve



Il y a des gens qui changent, des gens qui restent, des groupes qui bougent et d’autres qui stagnent. Astonvilla fait tout à la fois. Le line-up évolue (en dehors du chanteur) mais la patte reste. Après Strange qui avait fait un four, Astonvilla a décidé de revoir un peu sa copie, et s’est, pour De Jour Comme De Nuit, associé à un réal à la mode, Daniel Presley, qui bosse pour les nouvelles pointures du Rock FR, je cite: Luke, Cali, Louis Bertignac, Dionysos, et aussi des pointures tout court: Faith No More, Venus, Cradle Of Filth, Jewel, Goldfrapp… En théorie, ça devrait sonner.

Et heureusement que ça sonne. Rien de transcendant, c’est Aston Villa, après tout. Efficace, plus couillu que Strange mais moins inspiré que leur album éponyme. On revient à un rock brut, sans artifices; finies les rythmiques orientales endiablées d’Aston Villa, finis les bidouillages électro-pop de Strange, mais toujours le chant de Fred, toujours les textes sombres, engagés et recherchés et toujours une ambiance feutrée et chaleureuse qui font d’Astonvilla un groupe auquel on peut facilement s’attacher… ou bien s’écarter. L’ensemble est homogène, voire, si l’on veut être méchants, monotone. A la première écoute, si certains titres accrochent ("Regarde-Moi", "Croiser Le Fer", "De Jour Comme De Nuit") par leur qualité, on a malgré tout du mal à différencier les morceaux les uns des autres. Cependant, ces derniers sont tous d’un niveau fort convenables; aucun titre ne fait vraiment tache.

La production est à la hauteur, nette et sans bavure, bien propre et bien rock: ce n’est pas de la variétoche. Sans blaguer. Ce n’est pas pour les vieux fans de Goldman, Aston Villa. C’est un groupe de jeunes matures qui font de la musique pour les jeunes matures qui écoutent du vrai rock français, pas ces jeunes qui écoutent des artistes « kleenex », qu’on jette après utilisation. Non, Aston Villa ce n’est pas comme Kyo. Ils les conchient. Aston Villa c’est des gens intelligents, qui en ont bavé pour arriver où ils en sont aujourd’hui (et encore, leur situation n’est même pas garantie). Et leur musique, si elle n’a rien d’extrêmement original ou d’osé, a au moins le mérite d’être appliquée, authentique et respectable. J’avais juste envie de le dire, maintenant ça va mieux et je continue. Sauf qu’il y a peu de choses à rajouter. Dans la droite lignée de Noir Désir ou Jean-Louis Aubert, c’est simplement du rock avec des mots qui sonnent, avec des guitares qui sonnent, avec des dons qui chottent.


Voilà, c’était la blague nulle du jour. Si vous l’avez aimée, arrêtez de lire les recueils d’histoires drôles de Carlos et mettez-vous à lire et écouter des trucs moins stupides, comme Aston Villa par exemple, qui est un groupe honnête, consciencieux, engagé et sympathique. De Jour Comme De Nuit est un bon choix, d’autant qu’il ne coûte pas cher et qu’il est trouvable facilement d’occasion – ce n’est pas forcément bon signe, je l’admets. Mais ça mérite une chance.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2