257

CHRONIQUE PAR ...

26
Mucopurulence
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Alec Empire
(machines)

-Merzbow
(machines)


TRACKLIST

1)A Degenerated Nation Reacting To Fear
2)A Degenerated Nation Reacting To Fear Pt
3)A Fire Will Burn
4)Blow This Thing
5)Brooklyn Connection
6)Curse Of The Golden Angel
7)Dawn
8)Enter The Forbidden Space
9)Lightyears From Home
10)Nightmare Vision
11)Shock Treatment For Corporate Control
12)Some Might Even Die...
13)The Alliance
14)The Destroyer And Merzbow
15)The Full Destroyer/Merzbow Meltdown
16)The Number Of The Beast
17)The Predator
18)The Slayer Calls At Night
19)The White Man Destroys His Own Race

DISCOGRAPHIE


Alec Empire Vs Merzbow - Live At CBGB's 1998



Attention aux oreilles sensibles!!! Ici c’est une réunion exceptionnelle de deux des plus gros monstres de la techno hardcore pour l’un et l’indus bruitiste extrême pour l’autre. Le clash se produit ici en live devant un parterre de connaisseurs en musique électronique extrémiste et le résultat n’en ai que plus brutal… Pour situer rapidement les deux compères, Alec Empire est une des têtes du célèbre groupe Atari Teenage Riot qui s’est illustré par ses beats hard techno assez virulents. Merzbow est un japonais fou furieux (de son vrai nom Masami Akita) et pratique un indus bruitiste des plus extrême qui s’apparente la plupart du temps plus à une épreuve de force physique qu’à de la simple musique de chambre. Cette rencontre au sommet ne pouvait être qu’une déflagration techno harcore noise indus (c’est long à dire) et le déchaînement est à la hauteur de leurs auteurs!

En effet, pendant une bonne heure on se fait buriner le crâne comme jamais! Les beats gras et profond d’Alec Empire font echo aux bruits toujours plus assourdissants de Merzbow avec des sifflements totalement barbares mais oh combien jouissifs tellement la force qui s’en dégage est puissante. Certains passages où Merzbow semble faire un petit "solo", l’atmosphère nihiliste atteint un tel niveau que s’en est presque insoutenable et pourtant le charme opère! Les sons collent l’auditeur à la paroi et même si les rythmes ne pointent pas toujours à l’horizon, on a constamment une impression de vertige et la brutalité ainsi que la noirceur des compos n’ont rien à envier aux plus virulents des groupes de métal extrême, pourtant nombreux, qui sévissent sur cette Terre.

Seul bémol à ce disque, ne tentez pas de reconnaître quelconque titre ou mélodie car il n’y en a pas et l’écoute de ce disque, si vous ne la considérez pas comme une expérience, peut vite devenir très très rude pour vos oreilles et votre conception même de la musique en général. En bref, ce disque est véritablement une ode au nihilisme et à la brutalité, le tout en live avec un son bien plus qu’à la hauteur avec un public présent mais s’avère compliqué d’approche pour tous ceux qui n’aiment pas le "bruit" intense que dégage cette formation.


Un disque qui sera chéri par les amateurs du genre par son caractère exceptionnel et cette réunion extrême de deux des plus grands du genre, et banni par toute une frange qui considère cela comme un amas sonore indigne de porter le nom de "musique". Pour ma part, pareille sensation de brutalité ne m’était parvenue à l’oreille depuis un bon bout de temps et rien que pour ça, ce disque mérite une note correcte.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2