2563

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Sharon Den Adel
(chant)

-Robert Westerholt
(chant+guitare)

-Michael Papenhove
(guitare)

-Martijn Westerholt
(claviers)

-Jeroen Van Deen
(basse)

-Ivar de Graaf
(batterie)

TRACKLIST

1)Restless
2)Enter
3)Pearls Of Light
4)Deep Within
5)Gatekeeper
6)Grace
7)Blooded
8)Candles

DISCOGRAPHIE


(1997) - - Label :



Si c'est avec Mother Earth (2001) que tout a vraiment commencé pour Within Temptation, commercialement parlant, il ne faut pas oublier qu'un premier album était déjà sorti avant. Cet album, c'est Enter et comme son nom ne l'indique pas vraiment, il s'agit d'un disque un peu à part dans la courte discographie du groupe, surtout du point de vue actuel, en considérant l'aura médiatique que revêt le combo hollandais en ce moment. Si l'on retourne un peu en arrière, on peut facilement tirer un parallèle avec The Gathering: même nationalité, mêmes caractéristiques techniques (entendez par là: une chanteuse sur le devant de la scène et un background metal prononcé) et musique très similaire, dans le fond, à cette époque.

En 1995, The Gathering, avec une Anneke Van Giersbergen au chant fraîchement recrutée, accouche de Mandylion. Les influences se croisent naturellement, puisqu'à ce moment, un véritable vivier de groupes de metal à chant féminin est en train de naître. Dès 1997, après des démos et autres raretés non distribuées, Within Temptation, de son côté, sort Enter, son véritable premier album. Et il faut dire que l'écoute attentive de Enter choquera les fans les plus récents du groupe. Tout simplement, parce que la musique de Within Temptation, en 1997, est complètement différente de celle d'aujourd'hui avec The Silent Force. Un peu comme Mandylion se distingue de How to Measure A Planet ? pour la bande à Anneke.

Le changement est d'abord d'ordre stylistique: Enter nous dévoile une face plus extrême, en ce sens que la formation hollandaise joue ici un doom/death atmosphérique planant, à mi-chemin entre le rock atmosphérique mélancolique de "The third and the mortal" et "Almost A Dance" de The Gathering. Sharon Den Adel chantait déjà bigrement bien, mais ses lignes de chant étaient alors complétées par un chant masculin guttural, complètement abandonné depuis Mother Earth. Les rythmiques sont passablement plus lourdes, comme sur le morceau-titre "Enter", le plus représentatif de l'album, en ce qui concerne sa pesanteur un peu mollassonne. Pesanteur qui se limite ici à un tempo assez lent (qui se rapproche donc du doom) et des guitares aux riffs gras mais plus soutenus (la composante death de l'album, avec la voix); le tout soutenu par des claviers discrets, mais très noirs, très mélancoliques et des chours légers, presque christiques par endroits (l'évanescent "Candles").

Bref, sur Enter, on est à mille lieues du rock/metal atmosphérique, limite symphonique de The Silent Force. La production est beaucoup plus crue (c'est un premier album, mais ça n'excuse pas tout) et plus faiblarde: un méchant effet d'écho se fait ressentir le long des huit longs morceaux qui composent Enter, ce qui gâche un peu plus une ouvre difficilement abordable à la première écoute, voire même aux suivantes. « Enter » est plus underground, mais aussi bien trop homogène. On ne saurait décemment dégager un morceau en particulier, sans parler des autres, tant les compositions se ressemblent et adoptent la même ligne de conduite. Le tempo est lent, les guitares gluantes, le chant plus évanescent, empreint d'un négativisme qui lui sied assez mal et la mélancolie suinte par tous les pores des instruments. Qui aurait cru un jour que Within Temptation a joué de la musique dépressive, surtout au regard des deux oeuvres suivantes?

Malheureusement, c'est une facette du groupe qui ne lui va pas. D'ailleurs, le groupe a cessé par la suite de composer des morceaux dans cette veine. La mouvance jouant son rôle de muse, les compositions se sont faites plus énergiques et c'est bien cela qui fait cruellement défaut à Enter. Le chant de Sharon est empreint de cette inexpérience qui parsème tout ce premier album, de la technique à la production en passant par l'émotion qui en découle. On s'ennuie ferme. Seuls le morceau-titre , "Pearls Of Light" et "Candles", qui clôt d'une bien belle manière l'album nous font ressentir quelque chose. Enter est donc d'abord, par précaution, à conseiller aux die-hard fans du groupe, qui s'amusent à collectionner tout ce qui a attrait au groupe. Il pourra aussi sustenter les quelques curieux, qui comme moi, voulaient connaître le style embryonnaire de Within Temptation. The Silent Force est bien plus mature, émotionnel, bien qu'il ne soit pas tout à fait encore conforme à mes attentes.


Mais après tout, les Hollandais n'ont pas encore une grande expérience en la matière, avec leurs trois albums. A mon avis, la suite va être d'un tout autre niveau, en espérant qu'ils ne succombent pas totalement, à l'avenir, à la fée marketing qui s'est penchée sur leur berceau.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1