2548

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Shane Pasqualla
(chant+guitare)

-Rick Wartell
(guitare)

-Michael Diprima
(basse)

-Jeff Olsen
(batterie)

TRACKLIST

1)Soul Alone
2)Lost in my Head
3)Outside a Hole
4)Left Behind
5)Land Mines
6)Don't Put me Down
7)Fade Away
8)Nomads Land
9)Wreathe of the Roses
10)Relentless

DISCOGRAPHIE

Wet Animal (2005)

Wet Animal - Wet Animal
(2005) - hard rock stoner - Label : Escape Music



O Tempora! O Mores! Il y a vingt ans, les Américains de Trouble s'appliquaient à prêcher la Parole de Dieu par le biais du doom, et aujourd'hui il ne reste plus que P.O.D. pour essayer de sauver nos âmes des flammes de l'Enfer. Les anciens défenseurs des valeurs chrétiennes se sont depuis longtemps tournés vers des horizons plus psychédéliques, et voilà que deux membres actifs - notion cependant relative car le dernier album studio de Trouble doit dater de 1995 - du groupe, rejoints par leur ancien comparse bassiste ainsi que le chanteur-guitariste Shane Pasqualla nous gratifient de ce nouveau projet au nom plutôt ambigu, affichant sans crainte du châtiment une pochette représentant une donzelle aux airs pas très catholiques. Tout fout le camp? Pas vraiment, car si leur foi est peut-être moins affichée que par le passé, la capacité à pondre de bons riffs semble être restée intacte.

Bon, et la musique dans tout ça? Heureusement, on est encore loin d'un black metal païen, et les quatre compères restent dans un registre qu'ils semblent bien maîtriser, à savoir un savant mélange entre stoner et hard rock, n'ayant pas pour objectif de bouleverser le paysage musical, mais simplement de balancer la purée sans trop de prétentions. Les compositions ont généralement ce qu'il faut de groove sans tomber dans la lourdeur parfois excessive ou l'abus de psychédélique qui sont régulièrement préjudiciables pour les groupes de stoner, même si de telles ambiances sont utilisées avec beaucoup de parcimonie pour créer des contrastes intéressants (par exemple le break un brin psyché de "Soul Alone" ou le passage plombé sur "Relentless").

Du côté de la composante hard rock, pas trop de débordements à signaler non plus, et même la rock-ballade "Left Behind" ne tombe pas dans le piège du refrain artificiellement accrocheur, fait assez rare dans le genre pour être souligné. Le seul élément (non négligeable) pouvant provoquer un rejet violent chez l'auditeur, c'est la voix de Shane Pasqualla, avec un timbre assez haut perché, un peu dans un style vilain petit canard. Quand la ligne vocale est bien trouvée, comme dans le cas de "Outside A Hole", on s'y fait sans trop forcer en y trouvant un certain charme, mais quand elle s'ajoute à des des riffs un peu trop convenus sur "Fade Away" et le très (trop?) rock'n'roll "Nomads Land", on a soudainement une envie irrésistible de lui clouer le bec. Rajoutez au tableau quelques petits solos sympathiques mais sans grande inspiration par-ci par-là, ainsi qu'une batterie qui tient bien le rythme sans faire de folies et vous devriez avoir une bonne idée de ce que cet Animal Mouillé a dans le ventre.


La production aurait pu rattraper l'ensemble et hisser cet album au-dessus du lot, mais malheureusement il n'en est rien. Un son de guitare daté parfois agrémenté d'un phaser maladroit qui vous donne l'impression que les pistes sont encodée en MP3 de mauvais qualité - sans créer l'effet "space" généralement voulu -, basse trop en retrait pour une musique qui se veut groovy, bref on a entendu nettement mieux dans le genre. En somme, un disque assez décevant pour des musiciens au passé aussi "culte", mais renfermant assez de riffs bien sentis ("Land Minds", c'est même du pur bonheur) pour pouvoir satisfaire les amateurs.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5