2544

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 12 octobre 2008
Sa note : 11/20

LINE UP

-Jon Simvonis
(chant)

-Constantine
(guitare)

-Theo
(guitare)

-Noir
(basse)

-Antony
(batterie)

TRACKLIST

1)Enter Annihilation
2)Horror Show
3)Part of the Game
4)Killer Instinct
5)Raging Cold Blood
6)The Creation Remains
7)Your Valentine
8)Descending
9)Unblind
10)Day to Die = Die Today
11)Competition Suicidal rôle
12)The Trust

DISCOGRAPHIE


Descending - Enter Annihilation
(2008) - thrash metal melodeath - Label : Massacre



Il est toujours salvateur de se sortir un peu de la torpeur ronronnante scandinave, surtout lorsqu'il s'agit de faire l'étape en Grèce. Non pas que les terres froides soient inaccueillantes pour nos portugaises aguerries, mais parce que les bords de la mer Égée peuvent réserver des surprises et révéler des grands (Rotting Christ, Septic Flesh), des feux de pailles (Nightrage, Nightfall) ou des sans intérêt (vous trouverez certainement un nom à caser ici). Descending ne fait pas partie de la première catégorie citée.

Il est en effet assez difficile de ressortir des traits suffisamment marquants pour avoir envie de s'attarder sur le groupe. La répétition des écoutes n'y fera rien, si ce n'est de se rendre encore plus compte d'un petit gâchis. Cela mérite quelques explications circonstanciées pour éviter le pilori, bien évidemment. D'abord, le « gros » détail qui fait souvent la différence, le « gros » plus qui pourrait presque faire passer au statut supérieur, la production. Rassurez vos tympans, elle est claire et puissante, bien « rentre-dedans », et seule la batterie semble un peu mate, mais c'est de l'ordre de la sodomisation de drosophile. Passé l'étage de l'écrin sonore, il est notable que la plupart des riffs feront penser à In Flames ("Enter Annihilation", "Killer Instinct"), la voix aidant encore à accentuer le phénomène, sauf peut-être sur "Your Valentine" où ils paraissent plus « gras », mais du coup bien meilleurs.

À part identitaire, le problème de copier son mâitre, qui plus est avec un certain talent, n'en n'est pas un. Les guitares de Descending n'ont pas grand chose à envier aux autres, d'autant que les soli disposés çà et là font efficacement leur office. Le problème, en fait, c'est la voix. Criarde et pénible à la longue elle participe à elle seule aux trois-quarts de l'effet de linéarité qui se dégage de l'album. Ecouter "Enter Annihilation", "Horror Show", entre autres, est un gage d'ennui sur la durée. Notez également que l'alternance en voix claire sur "Part of the Game", qui bien qu'assez surprenante n'est pas vraiment réussie non plus.


L'explication du « petit gâchis » est trop confuse? Bien, en plus direct, cela veut dire que lorsqu'on a le son, les guitares, un peu d'inspiration mélodique (ils le prouvent par rares moments) et qu'on n'assure pas trop vocalement, le seul mot qui vient c'est « dommage ». Parce que Enter Annihilation ne le fait pas, bien qu'il y ait à manger dedans.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3