2518

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 8.5/20

LINE UP

-Greg Kennedy
(chant)

-Grant Matot
(guitare)

-Bill Page
(basse)

-Kevin Carley
(batterie)

TRACKLIST

1)Prelude To Apocalypse
2)Ignorance Through Sovereignity
3)Of Blind Consequence...
4)Built For The Kill
5)Faith Is Dead
6)Cycles of Tyranny
7)Victims Bleeding
8)In The Shadows of Resurgence
9)The Wrath
10)Indulge Divergent Senses

DISCOGRAPHIE


Wasteform - Ignorance Through Sovereignity
(2004) - death metal - Label : Xtreem Music




Oh ! Un groupe de death metal plutôt brutal venant du nouveau continent ! Quelque chose me dit que c’est la mode en ce moment. Le death joué par Wasteform sur son troisième album (dont un split avec Traumaside) prend sur Ignorance Through Sovereignty la forme d’une décharge violente et infâme au son plutôt hasardeux, noyant presque trop souvent l’ensemble dans une brume compacte et odorante. On est perdu…


Inspiré dans son death lourd et impétueux par des formations comme Suffocation, Internal Bleeding ou encore Dying Fetus, Wasteform rend son art maniaque et très agressif. Les teintes hardcore et black metal poussent encore le vice et donne aux compositions un certain relief appréciable. "Cycles Of Tyranny" ou encore "Of Blind Consequence" sont de la partie. Tout comme "Victims Bleeding", ces titres dévoilent le savoir-faire du groupe dans le mariage d’influences les plus extrêmes. Ce disque reste néanmoins un album de plus dans la grosse machine du death. Il est possible de déceler ici et là la vraie identité de Wasteform mais celle-ci s’éloigne soudain sous une bouillie de metal extrême avec un sentiment de déjà-vu.

La production de Ignorance Through Sovereignty est malheureusement trop faible par rapport au potentiel évident de puissance que pourrait délivrer Wasteform. Xtreem Music nous a habitué à mieux avec notamment Kronos, dernièrement... Le son sonne vraiment brouillon, à tel point que l’on se demande si le grésillement que l’on entend est bien celui d’une guitare trop saturée ou celui du niveau de production général. Sur les moments de calme ce grésillement persiste… c’est bien que… Enfin, le chant de Greg Kennedy n’arrange pas la chose avec une saturation qui atteint au bout d’un moment la limite du désagréable… Quel est l’intérêt d’ajouter un tel effet lorsque le chant est déjà extrême ?

Cependant et pour une fois enfin dans un groupe de ce style, la basse est mise au même niveau que le reste, donnant au son une dimension particulière, pas des plus désagréables. A n’en point douter, Wasteform doit être un bon groupe de scène, se faisant remarquer les précédentes années lors de différents Metalfest. Malheureusement la production sur cet album est vraiment trop incertaine pour mettre en valeur le groupe, qui n’a pas non plus de son coté les armes suffisantes en main pour faire évoluer le style ou y apporter quelque chose de nouveau.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4