2517

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Blackie Lawless
(chant+guitare+claviers)

-Mike Duda
(basse+chant)

-Doug Blair
(guitare)

-Mike Dupke
(batterie)

TRACKLIST

1)Mercy
2)Long, Long Way To Go
3)Take Me Up
4)The Burning Man
5)Heaven's Hung In Black
6)Heaven's Blessed
7)Teacher
8)Heaven's Hung In Black (Reprise)
9)Deal With The Devil

DISCOGRAPHIE

Dominator (2007)

W.A.S.P. - Dominator
(2007) - heavy metal - Label : Demolition





Et un album de plus au compteur pour W.A.S.P. ! Leur dernier album écoutable remontait à Still Not Black Enough, qui même si il contenait quelques ballades « soupe », restait un bon mélange de hard rock et de heavy metal dans le style W.A.S.P., avec la même équipe que sur The Crimson Idol. Ensuite, c'est le creux de la vague ! Virage indus sur Kill Fuck Die, pour le moins déroutant, même si cet album a ses défenseurs acharnés (Blackie Lawless lui-même le classe parmi ses meilleurs). A partir de Helldorado (du sous-AC/DC !) et Unholy Terror, WASP deviendra plus ou moins un groupe de seconde zone, sortant des albums dans l'indifférence générale, tout en tentant à chaque fois de renouer avec la grandeur des Headless Children et Crimson Idol : en vain ! Unholy Terror, Dying For The World, The Neon God Part 1, The Neon God Part 2... The Neon God part 1 est le seul à sortir du lot... peut-être que Dominator suivra lui aussi.

En effet, Blackie Lawless est en pleine forme, très en voix, et ses musiciens (interchangeables) aussi, entre le guitariste qui joue comme Chris Holmes (ce dernier s'est reconverti au catch désormais... véridique !) et le batteur qui livre quelques roulements à la Frankie Banali. Sinon, ben que dire d’autre ? C’est du W.A.S.P., c’est toujours pareil, toujours les mêmes riffs, les mêmes mélodies, la même impression d’écouter du Headless Children… en moins bien ! Le guitariste plaque même des riffs similaires, des harmonies façon « hard US » qui se ressemblent bien souvent ("Mercy", "Teacher"). Rien de bien excitant à première vue.

Et pourtant, Dominator ne décevra pas les fans, W.A.S.P. assure toujours son mélange de hard rock et de heavy metal, la sauce prend. Du heavy ("Long, Long Way To Go", "The Burning Man"), de l’épique ("Take Me Up", un peu téléphoné avec les traditionnels claviers, W.A.S.P. a déjà fait mieux en la matière, et le magnifique "Heaven’s Hung in Black", un des sommets de l’album), et du hard rock classique pour terminer, "Deal With The Devil", comme W.A.S.P. sait si bien les faire. Parmi les derniers albums que W.A.S.P. a pu sortir à la chaîne ces dernières années, Dominator figure sans problème parmi les meilleurs. Il devrait être apprécié, à condition bien sûr de ne pas s’attendre à retrouver le niveau de The Headless Children et The Crimson Idol.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7