248

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Eminem (chant+programmation)

TRACKLIST

1)Curtains Up - (skit)
2)White America
3)Business
4)Cleanin Out My Closet
5)Square Dance
6)The Kiss - (skit)
7)Soldier
8)Say Goodbye Hollywood
9)Drips
10)Without Me
11)Paul Rosenberg - (skit)
12)Sing For The Moment
13)Superman
14)Hailie's Song
15)Steve Berman - (skit)
16)When The Music Stops
17)Say What You Say
18)Till I Collapse
19)My Dad's Gone Crazy
20)Curtains Close - (skit)
21)Curtains Close

DISCOGRAPHIE


Eminem - The Eminem Show
(2002) - inclassable Hip-hop - Label : Polydor



Eminem, qui n’en a pas entendu parler avec toutes ses histoires de provoc’ à deux balles, ses chansons insultantes pour (au choix sans rayer de mention inutile) les homos, les mères, les femmes, les flics etc … et ses frasques extra musicales ? Bon, pas grand monde hein ? Ok, pas besoin de faire les présentations alors, et c’est déjà ça de gagné car vous devez mieux le connaître que moi avec un peu de bol. En tout cas le sieur fait du hip hop et a une furieuse tendance à vendre les cds à la tonne et à pondre le tube pour boîtes à chaque album.

C’est tellement vrai que c’est comme ça que j’ai eu mon premier contact avec sa musique. C’était "The Real Slim Shady". Le refrain typique bourre crâne bien facile qui fait se lever stupidement après quelques verres. Si il s’en était restreint à ça, probablement que jamais vous ne seriez en train de lire cette chronique de Eminem. Mais Shaggy a évolué. Il a sorti d’autres albums pour en arriver à ce Eminem Show, pièce de 77min (!!) qui porte bien son nom. C’est Eminem qui fait son show. Ca commence même avec la levée de rideau. Bref, limite théâtral le Marshall Mathers. On pourrait croire qu’il se la pète d’ailleurs. Peut-être pas forcément faux, mais ça n’a jamais empêché un artiste de faire un bon album.

Celui-ci débute avec une "White America" bien violente. Ca marque tout de suite les esprits et le refrain tournera longtemps dans votre tête. Le phrasé rappé est bien évidemment là mais pourtant il y a bien plus. Loin de ces artistes où uniquement le flow importe et où la musicalité est proche du néant, Eminem réussit à marier des compositions aisément qualifiables de pop par moment à son flow caractéristique dévastateur. Je n’y connais certes rien en hip hop, mais Shaggy balance un débit de mots à la minute vraiment impressionnant quand il s’y met. Le pire est qu’il arrive à articuler en même temps pour rester compréhensible (rassurez-vous, on ne suit pas tout le temps non plus) et donner à l’admiration des textes, même si violents et vulgaires, qui donnent du grain à moudre. Quoiqu’il en soit, son flow est fluvial sans oublier d’être agréable à entendre. Et il sait faire autre chose que déverser ses textes à toute allure. Il lui arrive de chanter "normalement" par moment. Ca passe tout aussi bien même s’il n’est pas le prochain Pavarotti.

Ben oui, cet album d'Eminem est bon. Très honnêtement, malgré sa longueur, il y a vraiment peu de déchets et pas mal de chansons sont franchement excellentes. La chose la plus incroyable venant sûrement du fait qu’il s’apprécie plus au fil des écoutes et non l’inverse (il se liquéfierait quoi). Ce n’est vraiment qu’au bout de 3-4 écoutes, le temps de digérer toutes les informations présentes sur ce disque (entre le flow, la longueur et la non habitude du hip hop du métalleux lambda, c’est un peu tcho), qu'on l'apprécie pleinement. Pour les amateurs de rock, il y a même cette reprise de "Dream On" de Aerosmith. Étonnamment excellente avec son adaptation totale au hip hop, elle prouve que l’exercice de la reprise prend vraiment tout son sens quand elle mélange les genres. Ne croyez pas non plus que cet album est parfait. Car outre certaines chansons un peu plus chiantes que le reste (mais juste un peu), il reste sa durée quelque peu excessive. 77min de musique c’est beaucoup. Très. Et il faut vraiment faire un album de tueur pour arriver à maintenir l’auditeur alerte sur une telle longueur. C’est presque le cas, mais pas entièrement (quoique …). Voilà le défaut majeur de la galette.


En conclusion, ce disque surprend extrêmement agréablement. M’étant juré que jamais de rap je n’achèterai, j’ai révisé avec bonheur ce postulat stupide. Un excellent album de hip pop, peut-être pas du goût des puristes, mais indéniablement suffisamment musical pour plaire au plus grand nombre, et même vous métalleux. En plus ça vous permettra de découvrir ce que donne la poésie vue par le rap. Ca peut être impressionnant. 2 thumbs up pour le hip pop !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5