2471

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 28 septembre 2008
Sa note : 13/20

LINE UP

-Justin Wolfe
(chant)

-Jeff Phillips
(guitare)

-James Reid
(guitare)

-Johnny Araya
(basse)

-Darryl Stephens
(batterie)

TRACKLIST

1)With Burning Breath
2)The Dragon
3)Crimson
4)Darkwhite
5)Shallow Skin
6)Mota Diablo
7)Truth in Evil
8)The Mouth of Hell
9)In Mortal Sin
10)Revert to Stone


DISCOGRAPHIE


Thine Eyes Bleed - Thine Eyes Bleed



Thine Eyes Bleed a décidé de donner un frère cadet à In The Wake Of Separation né il y a trois ans. Après des nuits et des nuits passées à la recherche d'un titre original, l'unanimité a penché pour Thine Eyes Bleed. Cela a l'avantage de tolérer la confusion à défaut de faire montre de capacités à prendre du recul sur un album. Sinon, oui, Johnny Araya est bien le frère du Tom Araya de Slayer, au cas où vous vous interrogeriez...

Il est difficilement évitable de passer sous silence l'artwork de ce CD : il est vilain. Certes c'est une affaire de goût, mais il ressemble un peu à une reminiscence du death balbutiant des 90' où les groupes les plus improbables tentaient de se faire remarquer par des pochettes d'une laideur rare arborant des mariages de couleurs affreux. Souvenez-vous, les anciens, quand vous fouilliez les bacs d'occas' crasseux de Ribould'ing dans le vieux Lyon à la recherche d'une perle rare adaptée à la bourse de l'étudiant, et que vous passiez allègrement entre vos doigts ce genre de CD, sans même y prêter attention, juste parce que la cover faisait tout moisi.

Heureusement (Joker ou facilité d'écriture?), l'intérieur musical révèle un peu plus de finesse, si tant est que l'on puisse employer ce substantif en parlant de ce type de Thrash-Death. Il ne faut certes pas s'attendre à de l'extraordinaire, mais après une prise en main difficile, l'album se livre au fil des écoutes. Avec "The Dragon", son intro rappelant les vieux Death et son refrain enfin digne d'intérêt, avec également l'Outro en fading de "Crimson" où la basse se fait enfin et trop tardivement entendre, avec ce break intelligent et noir qu'est "Mota Diablo", Thine Eyes Bleed a assez bien pensé son second opus. A noter que le chanteur de Cephalic Carnage joue les guest dans "Truth In Evil" pour muscler le growl vers les bas-fonds...Bien vu, comme la voix thrash death sans faute, même si probablement aidée par quelques effets discrets.


On pourra toujours trouver que ces canadiens regardent parfois trop vers Mephistopheles ("With Burning Breath", "The Dragon"...) en plus thrash et moins recherché, on pourra toujours trouver que certains riffs et rythmes lorgnent vers les débuts de Death, il est néanmoins indéniable que leur musique est intelligente à défaut de déborder de talent et d'originalité. Les titres sont bien en place et bien ordonnés, et aucun ne sort bien plus du lot que ceux qui l'entourent, ce qui rend un effet de densité sans opacité. Très écoutable, mais rien de marquant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7