2463

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 16 septembre 2008
Sa note : 15/20

LINE UP

-Appolyon
(chant)

-Neddo
(guitare)

-LJ Balvaz
(basse)

-Czral
(batterie)

TRACKLIST

1)Primal
2)Deliverance
3)Murderhead
4)Rupture
5)Die Like This
6)Point Zero
7)Killtech
8)Reptile Robots
9)Snapper Organs
10)Discipline

DISCOGRAPHIE

Discipline (2001)

Cadaver Inc. - Discipline
(2001) - black metal - Label : Earache Records



Groupe étrange formé sur les cendres de Cadaver (tout court), ancien groupe de death suédois plutôt technique, Cadaver Inc. débarque en 2001 avec cet album sobrement prénommé Discipline. L’affaire semble classique, nombre de troupes légendaires du black ayant fait leurs premiers pas dans le death. Sauf que cela se passait à la fin des années 80, début des années 90. Là en 2001, le passage du death au black paraît au mieux saugrenu, au pire arriviste. Sauf que cette fois le changement est brutal. Très.

Cadaver Inc. ne fait pas dans la demi-mesure. Ca blaste sec dans tous les coins et les ogives tombent de partout, les charges à fond. Pour un groupe de death à la base qui se met à faire du black après un menu changement de nom, on aurait pu s’attendre à des relents death plus prononcés. Et bien pas tellement. Outre les blasts imposants, le son de l’album se révèle fidèlement sous-enregistré et froid dans la tradition black métal (il a en plus une touche mécanique). Qui plus est le chant est marqué black metal au fer rouge, pas vraiment de réminiscences death dans ce râclage. Enfin, et c’est sans doute là le plus important, les riffs sont à consonances black assez évidentes. Du death, on en entend par bribes (le contraire eût été hautement surprenant), mais suffisamment voilées pour se dire qu’on a bel et bien affaire à un album de black metal.

Ce groupe confirme son statut d’électron libre du milieu de l’extrême avec un concept peaufiné et pour le moins original. En effet, l’album est livré avec une carte de visite de L.J. Balvaz (bassiste de son état) ayant pour poste un très prestigieux « Executive Vice President and Head of Corpse Disposal » (« Vice président directeur et Responsable du nettoyage des cadavres »). La chose devient encore plus marrante lorsqu’on tombe sur le slogan de l’entreprise : « Fast, affordable, murder scene clean-up and corpse removal » ( Nettoyage des lieux du crime et des corps rapide et abordable ). Arf arf ! De biens joyeux drilles que voilà ! Le tout étant accompagné d’un site Internet assez sobre et très « entreprise ». Bref, cet album est accompagné d’un concept bien ficelé et réalisé. Concept non repris dans les paroles des chansons bien que le thème général reste la mort et les meurtres.

Arrivé ici, on se dit que cet album a tout pour plaire au fan de black. Et c’est le cas. Car les compositions tiennent la distance et prouvent que cet album n’est pas qu’une farce de death metalleux s’essayant au black. Non, il s’agit d’un album fait avec sérieux et talent. Car les riffs qui parsèment la galette sont on ne peut plus réjouissants. Il suffit d’entendre un petit "Killtech" pour sentir ses tympans se dilater de plaisir. De plus, les nombreux blasts rassasieront le plus mordu des violents. Pour autant le groupe est suffisamment intelligent pour ne pas proposer toujours le même rythme. Les coupures et changements de rythme sont fréquents et on se retrouve souvent à faire face à des tempi plus lents. Il en résulte une aération bienvenue et indispensable. Qui plus est, toutes ces variations sont gérées à merveille par le batteur.

C’est là que l’origine du groupe prend toute son importance. Ancien groupe de death plutôt technique. Cela donne des musiciens qui balancent la purée avec précision et savoir-faire. Ce qui est facilement audible tout au long de l’album. Les riffs ne sont pas bêtement simplistes tout en étant vicieux et méchants et la batterie marie les blasts aux roulements de double grosse caisse et à diverses variations rythmiques sans aucun souci. Il suffit d’écouter "Snapper Organs" pour s’en rendre compte, véritable orgie instrumentale qui fait la part belle à une batterie variée et originale. Bref, nous avons affaire à de véritables musiciens, ce qui rend cet album encore plus attrayant. Car l’ambiance froide du black est là (elle est plus mécanique par contre), les riffs sont bons et le niveau technique est respectable. Que demander de plus ?


Pas grand chose justement et c’est pour cela que ce Discipline mérite d’être classé dans la catégorie très bons albums. Génial ? Peut-être pas car il ne révolutionne en aucun cas le genre. Il est simplement très bien exécuté, ce qui est une grande qualité déjà. Personnel aussi. Par contre il fatiguera certainement une grande frange de la population par sa violence exacerbée par moments. Tant mieux, ça ne rend que plus grand le plaisir de l’apprécier.

P.S. : A noter que l’aventure Cadaver Inc. fut de courte durée puisque le groupe reprit son ancien nom de Cadaver et son ancien style pour son album suivant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4