2450

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été mise en ligne le 14 septembre 2008
Sa note : 8/20

LINE UP

-Johan Falk
(chant)

-David Ohlsson
(guitare)

-Jon Bålefalk
(guitare)

-Jonathan Stenberg
(claviers)

-Martin Davidsson
(basse)

-Josef Davidsson
(batterie)

TRACKLIST

1)Shattered
2)The Forgotten
3)A Shadow in the Dark
4)The Touch of Death
5)Unveil the Truth
6)Shades of Me
7)An Empty Soul
8)Scream in Silence
9)Nevermore
10)Dead End

DISCOGRAPHIE

Dead End (2008)

Incrave - Dead End
(2008) - heavy metal power metal un poil dark - Label : Ulterium Records



Soulignons tout de suite, là, comme ça, le principal défaut de ce (très) jeune groupe appelé Incrave (ex-Evergrace), avant même de nous pencher sur leur second album, Dead End. En effet, il est de ces chanteurs, qui, une fois la première ligne de chant passée, vous hérissent le poil et à propos desquels le rejet est quasi-absolu. Johan Falk est indubitablement un de ces chanteurs : non pas que son timbre de voix assez fluet et haut perché soit faux – c’est simplement que le gaillard ne sait pas moduler son chant!

Falk demeure ainsi bloqué dans les hauteurs sur l’ensemble des dix titres qui composent Dead End. Sur les deux premiers titres, cela passe encore ; mais à la fin de l’album, l’auditeur ressentira simplement des envies de meurtre lui monter à la gorge! Ce chant complètement hors de propos est le gros point faible de ce groupe, qui n'a pas su associer des compositions assez sombres dans l'ensemble, à une voix qui est plutôt faite pour du speed metal. À ce défaut quasi-rédhibitoire dans un style par ailleurs ampoulé – Incrave officie dans un registre proche du heavy/power metal progressif, scène sur laquelle se bousculent à peu près une bonne centaine de concurrents au mètre carré, au bas mot – s’ajoutent des compositions très banales et peu inspirées, à part peut-être "The Touch of Death" et sa double pédale bien calée sur un refrain efficace.

Tiraillé entre ses prétentions mélodiques tirées du heavy metal et la rectitude toute relative de ses riffs empruntée au power metal, Dead End ne sait pas faire parler la poudre sur les refrains, ni profiter de la puissance d’une production somme toute honnête – Incrave est un groupe suédois, ne l’oublions pas. En résultent des morceaux pour la plupart mid-tempo, au rythme haché et bien peu consistant ("Scream in Silence", "Shattered", "Nevermore"), qui n’arrivent pas à interpeller l’auditeur, qui est ainsi condamné à s’enfoncer dans les limbes. Bien trop homogènes et similaires, les dix morceaux sont plus ou moins basés sur le même schéma musical et sur les mêmes riffs, sur la même dynamique, en faisant parfois appel à quelques timides apparitions symphoniques aux claviers ("Scream in Silence") pour tenter de relever une sauce bien tristounette.


De ce fait, quand à la plus parfaite banalité des morceaux se greffe un chant particulièrement crispant, on est d’autant plus frappé d’amnésie et d’une volonté de zapper au plus vite. La jeunesse et l’inexpérience d’un groupe n’excuse pas tout et il faut se rendre à l’évidence : Incrave est peut-être techniquement à la hauteur, mais il ne sait pas encore réellement composer. Cet album sans relief passera bien vite à la trappe et ce n’est pas faute de lui avoir laissé sa chance. Encéphalogramme plat.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7