2447

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 13 septembre 2008
Sa note : 10/20

LINE UP

-Dave Hunt
(chant)

-Darren Brooks
(guitare)

-Peter Rewinsky
(guitare)

-Frank Healy
(basse)

-Neil Hutton
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)The Grey Man
3)Controlopolis (Rats in the Mask)
4)Killing Music
5)They Must Die Screaming
6)Dripping With Disgust
7)Wrath and Regret
8)As Her Skin Weeps
9)Cold, Deathless, Unrepentant
10)Immaculate Facade
11)Burying the Hatchet
12)Beg, You Dogs
13)Seeing Through My Eyes
14)Largactyl

DISCOGRAPHIE


Benediction - Killing Music
(2008) - punk thrash metal - Label : Nuclear Blast



Avec un nom pareil, on imagine que les mecs de Benediction doivent avoir la foi ! Ah punaise, qu'est-ce qu'on rigole chez les Éternels ! Passée cette magnifique blague qui vous était offerte par Arthur, la nouvelle légende du stand up à la française, il faut quand même reconnaître que les Anglais sont dotés d'une certaine force intérieure pour continuer à sortir des albums dans l'indifférence la plus complète. Surtout que ce n'est pas Killing Music qui va les aider à sortir de l'anonymat…

Et pourtant, ça fait tout de même une bonne vingtaine d'années que ces Anglais, originaires de Birmingham, écument le circuit. Mais malgré un petit paquet d'albums donnant dans un death lorgnant vers le grind, avec pour apogée Grind Bastard en 1998, Benediction n'a jamais réussi à se faire une place au soleil. À vrai dire, le principal fait d'armes du groupe, c'est d'avoir compté dans ses rangs plusieurs des musiciens metal les plus prestigieux de la perfide Albion : Barney Greenway à ses débuts, Dave Ingram (qui a assuré l'intérim durant l'absence de Karl Willets de Bolt Thrower) ou plus récemment le batteur Nick Barker, bien que celui-ci n'apparaisse sur aucune réalisation officielle. Après un long break discographique de 7 ans après Organised Chaos, Benediction a donc décidé de retenter sa chance avec Killing Music, son septième album studio.

Musicalement, Benediction a quelque peu changé son fusil d'épaule avec ce nouvel effort. Killing Music donne en effet dans un thrash teinté de fortes colorations punk, et seule la voix de Dave Hunt (par ailleurs vocaliste d'Anaal Nathrakh) vient rappeler les racines death du groupe. Seulement, il y a un hic : OK, les 45 minutes défilent correctement, sans gros ratage… mais absolument rien ne ressort du lot. Hormis quelques passages bien lourds insérés çà et là, on a la terrible impression d'entendre et réentendre le même morceau. Il faut attendre la 9ème plage et "Cold, Deathless, Unrepentant" pour voir un mid tempo briser la monotonie de cet album. Pire encore, parmi les rares morceaux dignes d'un relèvement de sourcil, on retrouve la 100 % punk "Seeing Through My Eyes" et "Largactyl"… qui sont en fait des reprises, respectivement de Broken Bones et Amebix. Ouch, ça fait mal !


Alors oui, j'aurais bien voulu vous parler de tel passage qui déboîte ou de la performance hallucinante d'un des musiciens ; mais non, malgré un paquet d'écoutes, il n'y a vraiment aucune raison de s'extasier sur Killing Music, qui reste aussi désespérément plat qu'un champ de maïs dans le fin fond de la Beauce. Et comme Benediction ne doit sûrement pas être une des priorités de Nuclear Blast, on risque fort de ne plus entendre causer du groupe avant l'album suivant. Alors à la prochaine les gars !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1