2444

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 12 septembre 2008
Sa note : 7/20

LINE UP

-Jimmy Calabrese
(chant+basse)

-Bobby calabrese
(chant+guitare)

-Davey Calabrese
(batterie)

TRACKLIST

1)Death Eternal
2)Voices of the Dead
3)Vampires Don't Exist
4)Inside This Coffin'
5)Night of the Lonesome October
6)Come Alive
7)Children of the Night
8)Saturday Night of the Living Dead
9)The Young Princes of Darkness
10)Darkness, Tell Us
11)Your Ghost
12)The House of Mysterious Secrets

DISCOGRAPHIE


Calabrese - The Traveling Vampire Show
(2008) - rock punk - Label : Abstract



Il est de ces groupes dont on subodore la musique avant même d'avoir posé une oreille sur leur disque. Clamant haut et fort leurs descendance directe avec les Misfits et les Ramones, les trois frangins Calabrese n'en finissent plus de prendre des poses de rocker seventies. Alors on sent venir les riffs à trois accords, le son crado, les refrains accrocheurs. Mais quand on se revendique de tels ainés, il faut assurer derrière et malheureusement Calabrese a plus soigné sa promo que sa musique : le résultat est bien en dessous de ce qu'on était en mesure d'espérer.

Alors oui, on a du riff à trois accords en pagaille mais c'est bien tout... Pour le reste on se contentera du son faussement crado et des refrains très (trop) simplistes avec du « Wo – Ho – Wo Ho » à la pelle. Quelle déception les amis! Comprenez : quand on lit que le groupe revisite le côté décadent, horror-show des Misfits avec l'énergie punk-rock de Ramones on se dit « range les meubles, mémé, ça va déboiter sévère ! » Eh ben non... Ça ressemble plus à une soirée punk dans le XVIème où tout le monde fait bien attention à ne pas se renverser de la bière allégée sur les Converse. Tout l'album sent la recette de cuisine, la leçon récitée, sans âme, sans tripes, sans burnes quoi! Que reste-il finalement? Une dizaine de titres qui se ressemblent tous, avec la même structure : un extrait de film qui fait peur (ils font de l'horror rock), un riff punk et la même ligne de chant du début à la fin...

C'est qui est tragique c'est que le premier morceau, "Death Eternal", est plutôt accrocheur : bon riff et ligne de chant sympathique (le chanteur fait parfois penser à Danzig, mais sans la classe). Le problème c'est que tous les morceaux sont calqués sur celui-ci. Alors passés trois titres ça tourne méchamment en rond et le tout devient vite indigeste : ce n'est pas quelques bons riffs d'intro qui feront passer la dragée. Seul bouée de sauvetage, "Darkness, Tell Us" présente le bon côté de Calabrese et laisse espérer un avenir meilleur. Parce qu'ils ont du potentiel les gars! Outre le guitariste qui a un bon coup de poignet, la batterie très rock 'n' roll claque bien et la basse bien rondouillarde (enfin quand on l'entend, il va falloir pousser un peu les basses) laisse présager de bonnes choses. En attendant qu'ils prennent un peu de bouteille, il nous reste toujours les efforts de leurs illustres prédécesseurs pour patienter.


« Sujet : "Faire un album de punk 'n' roll de 40 minutes. Vous pourrez y insérer des références et citations des grands maîtres."
Élève Calabrese, après étude du devoir rendu, je peux vous dire que je suis déçu! Malgré une bonne volonté affichée, vous vous êtes complètement fourvoyé. Vous vous êtes contenté d'appliquer les formules déjà existantes sans grande originalité et les trop nombreuses répétitions de motifs gachent la sympathie de certains efforts. Si vous souhaitez passer en deuxième année, il va falloir me soigner l'inspiration et éviter les fautes d'orthographe dès le titre!
»


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2