2429

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 06 septembre 2008
Sa note : 6/20

LINE UP

-Lore
(chant+cornemuse+bombarde+flûte)

-Ferro
(basse)

-Teo
(cornemuse+bombarde)

-Ghera
(guitare)

-Roby
(cornemuse+bombarde)

-Becky
(harpe)

-Fore
(batterie)

-Andrea
(percussions)

TRACKLIST

1)Intro
2)Folkstone
3)Briganti di Montagna
4)Rocce Nere
5)Avanti
6)In Taberna (In Vino Veritas)
7)Oltre il Tempo
8)Con Passo Pesante
9)Lo Stendardo
10)Igni Cena (Schelmish tribute)
11)Alza il Corno
12)Outro

DISCOGRAPHIE

Folk Stone (2008)

Folk Stone - Folk Stone
(2008) - folk - Label : Fuel Records



« Une bière, tavernier, que je pisse à foison. » Impossible à l'écoute du premier album des italiens de Folk Stone de ne pas se croire dans une taverne médiévale: avec ses servantes qui servent de putes occasionnellement, les tables en bois tâchées de vin et de sang, et une bande de troubadours. Et pendant que les 8 joyeux lurons égrènent notes après notes, l'assemblée écoute et juge. Peut-être même qu’elle se mettra spontanément à danser, si le groupe est bon.

Huit musiciens dans le groupe, dont trois jouent de la cornemuse et de la bombarde. Il est donc évident que si vous n’aimez pas ces instruments, vous pouvez passer votre tour. Et même si vous les aimez, il vaudrait mieux que vous le passiez aussi. Le premier album de Folk Stone est vraiment dispensable, sauf si l’on est un fan hardcore de folk metal festif. Il est difficile de trouver un album beaucoup plus cliché que celui-ci, avec des compositions dont le manque d’originalité n’a d'égale que l’ambiance en carton qu’elles engendrent. Comme vous l’avez compris, la cornemuse, ainsi que la bombarde et une flûte particulière, originaire de la ville natale du groupe, sont les instruments principaux du groupe. Ils sont donc mis en avant dans le mix sonore et jouent les lignes mélodiques tout du long de l’album. Leur utilisation franchement abusive donne un résultat kitsch, une ambiance festive tellement cliché qu’on se dit que ce groupe serait plus à sa place dans n’importe quelle fête de la bière bavaroise.

Entendues mille fois au minimum, aucune des mélodies ne risque de rester dans la tête, et franchement aucune ne donne envie de danser ou même d’être de bonne humeur. Tout simplement parce qu’elles sont trop simples, trop basiques aussi. Deux des chansons sont des instrumentales, et font encore plus figure de remplissage que le reste des compositions, le chant ne pouvant masquer la pauvreté des lignes mélodiques et rythmiques: le même plan de quelques mesures répété tout du long. Ghera joue en permanence les trois même powerchords, en variant l’ordre de temps en temps histoire de changer de riff. Quand à l’alibi métallique du groupe, ce qui lui permet de tourner avec Corvus Corax, il s’agit de la section rythmique, reléguée en fond de mix, et du chant korpiklaanesque de Lore. Les deux sont poussifs, sans puissance. Il faut dire que la production horrible, sans aucune pêche, ne les aide pas. De même que la guitare, dont le rendu grésille sur quelques chansons.


La blague a assez duré. Que fout un groupe tel que celui-ci sur un label ? Sérieusement, je veux bien croire que le folk metal soit un genre vendeur en ce moment, ou même que les temps soient durs et que n'importe quelle rentrée d'argent est la bienvenue. Mais est-ce une raison pour signer le premier groupe de collégiens venu, qui croit faire une chanson en répétant le long de 4 minutes les 12 même mesures, qui verse dans le kitsch le plus absolu, qui au final n’arrive à strictement rien ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5