2409

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Kra Blizzard Cillag
(chant+guitare)

-Dracir
(guitare)

-Diktator K. Eltyll
(claviers)

-Kz.Gaharth
(basse)

-Altar.Zk6
(batterie)

TRACKLIST

1)Analyse du Digne Vulgaire
2)Fanatisme en Apogée
3)Mon Intime Génocide
4)Je
5)Unifiez les Chairs, Mes Frères
6)Saigne et Honore Mon Triomphe Par le Feu
7)Dans la Splendeur de Notre Irrévérence
8)Empires et Méritocratie

DISCOGRAPHIE

Diktat OmegA (2003)

Crystalium - Diktat OmegA
(2003) - black metal - Label : Adipocère Oaken Shield



Avec Diktat OmegA, un paragraphe de plus est ouvert dans le chapitre du Metal extrême de l’hexagone. Crystalium joue pour le bonheur de nos tympans endoloris de trop de douceur un Black Metal très rapide, sombre et torturé. La haine explicite ainsi que la noirceur des sentiments évoqués ne peuvent échapper à l’auditeur. La langue française est utilisée pour l’ensemble des textes et il suffit de s’y plonger pour mieux comprendre l’état d’esprit avec lequel écouter cet album.

Passons le titre Diktat OmegA (hum hum) et penchons-nous sur la musique, belle claque tout de même ! Le son (par Tournier (Nehemah, Himinbjorg)) très correct, mélange celui du bon vieux underground avec une touche de production plus propre mettant en exergue l’impitoyable violence des titres, les uns après les autres. L’extrême rapidité des compositions n’a d’égal que la production surdimensionnée de la batterie, mise d’une manière peu commune en avant, à tel point que l’on confond parfois le batteur avec une machine, infernale et inusable. (À la longue cependant, l’effet de violence dégagé s’estompe un peu, tellement les compositions sont basées sur ce qu’il peut y avoir de plus rapide. Je ne suis pas certain que la qualité de la musique puisse dépendre de ce critère… )

Toute l’essence malsaine et expressive de Crystalium prend effet avec des titres comme "Fanatisme en Apogée", "Mon Intime Génocide" et "Analyse Du Digne Vulgaire". Ces trois titres font le tour de ce que le groupe a décidé d’offrir aux hordes extrêmes : riffs inspirés et mélodiques à la limite du stressant, voix écorchées et souffrantes, pointes de claviers pour assombrir encore l’atmosphère, rapidité ultra malsaine et breaks raffinés. Le chant de Kra Blizzard est l’élément unificateur de l’identité musicale indéniable de Crystalium. Il s’agit d’un vrai appel à la haine et à la débauche spirituelle. Son timbre est réellement impressionnant et engagé, et est à n’en point douter une des plus belles voix extrêmes de la scène française. "Analyse Du Digne Vulgaire" ouvre impérieusement l’album, suivi de "Fanatisme en Apogée", plus linéaire mais tout aussi violent. "Mon Intime Génocide" montre toute la puissance du groupe dans l’interprétation et l’enchaînement de riffs extrêmes. À noter que je ne peux m’empêcher de penser au titre "Alma Mater" de Moonspell, injustement peut-être, à l’écoute du refrain…

La seule note négative à souligner sur Diktat OmegA est le manque de puissance et l’essoufflement des titres après "Mon Intime Génocide". Ils sonnent moins puissants, moins inspirés, et on a même l’impression que sur "Dans la Splendeur de Notre Irrévérence", le niveau de son est plus faible et la production plus lissée. On en reste perplexe après la claque des premiers morceaux. De même, le niveau de composition de "Je" et "Unifiez les Chairs, Mes Frères" est moindre. C’est un peu dommage… En résumé, Diktat OmegA a tout pour plaire aux fans d’extrême (excepté les défauts cités plus haut) et remonte encore le niveau de la scène française, par son incroyable capacité à propulser des bourrasques Metal Extrême violentes et indestructibles.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3