2406

CHRONIQUE PAR ...

34
Yannoch
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Bronagh Slevin
(chant)

-Ian Dark
(programmation)

-Stig Manley
(programmation)

-Mark Tayler
(programmation)


TRACKLIST

1)Hey
2)PurpleClose My Eyes
3)Face the Waves
4)Reverie
5)Down Down
6)Falling
7)Flame
8)Life As One
9)Ride On
10)

DISCOGRAPHIE

Bloom (2005)

Crustation - Bloom
(2005) - electro trip-hop - Label : Jive



Une fois de plus, la ville de Bristol en Angleterre se distingue avec une nouvelle « bombe » musicale… et qui dit Bristol, sous-entend Trip-Hop bien sûr ! Le groupe Crustation se forme au milieu des années 90 et commence par produire quelques singles sur le fabuleux label Cup Of Tea. Leur musique reposante et très travaillée n’en reste pas moins simple et d’une rare efficacité comme en témoigne leur premier album Bloom sorti en 1997 sur le label Zomba.

Bronagh Slevin, la chanteuse du groupe, pose sa voix sur la totalité des pistes qui composent cet album, hormis celle d’ouverture intitulée "Hey". Passé ce morceau très instrumental et au subtil virage électronique : l’univers de Bloom laisse apparaître quelques failles dans lesquelles vous n’avez qu’à vous risquer, dans l’espoir de découvrir le cœur… Un cœur souvent triste comme en témoigne "Close My Eyes" et "Face the Waves". Ces deux morceaux apparaissent comme les titres phares de cette production… Une claque authentique ! La voix est douce, le sentiment ressenti se rapproche terriblement de la mélancolie. La présence de violons n’est pas étrangère à l’atmosphère lourde qui se propage… C’est le temps de la réflexion, voire de la remise en cause!

Les pistes sont construites autour d’un axe commun, le beat légèrement hip-hop entre autres. Les différences se situent dans l’emploi de sonorités électroniques, la vitesse du beat et l’intonation de Bronagh. "Flame" illustre en partie cette pensée avec un rythme plus entraînant, une voix féminine plus chaude, des voix masculines trafiquées pour un rendu, il est vrai, apte à nous redonner l’envie de bouger, par opposition à "Purple" et son beat lancinant, ses violons apaisants. "Down Down" tend à se rapprocher de "Purple", cependant il manque la petite sonorité qui se démarque et fait prendre à la piste un intérêt particulier… Pour rester dans cette mouvance, peu mouvementée et volupté, "Falling" se distingue particulièrement. Mystère, incertitude ne vous quitteront définitivement plus; l’autre point marquant de cette piste intervient après deux minutes et quarante secondes d’écoute, lorsque le beat démarre plus franchement. Il faut alors se concentrer sur les sonorités discrètes mais néanmoins particulièrement subtiles et concises. Quelle classe !


Un album à placer directement au coté de celui d’Alpha et son Come From Heaven. Une production léchée très réussie qui ne laisse pas insensible… Il est difficile de se passer de cette voix féminine qui hantera désormais vos nuits blanches. Quel dommage que ce groupe se soit séparé depuis… Raison de plus pour se procurer l’album encore édité !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4