2358

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Anton Reisenegger
(chant+guitare)

-Rodrigo Contreras
(guitare)

-Juan “Kato” Cueto
(basse)

-Zac O’Neil
(batterie)

TRACKLIST

1)Rise and Fall
2)Time Bomb
3)Walking Dead
4)The Root of All Evil
5)Shot in the Face
6)Sicario
7)The Land God Forgot
8)Preacher of Hate
9)Touch of Filth
10)From the Ashes
11)Por la Fuerza de la Razón
12)Self Destruction
13)

DISCOGRAPHIE

Sicario (2005)
Akelarre (2011)

Criminal - Sicario



Les Criminal ont su faire simple et direct pour la pochette de leur album: l'effet est très réussi et les moyens utilisés minimes. Bien joué! La musique est à l'image de cette pochette: la formation chilienne - qui fête ses dix ans d'existence tout de même - nous assène un heavy/death très efficace et bien joué. Amis bourrins réjouissez-vous: Criminal, qui sort un album dont le titre signifie "assassin", ne ment pas sur la marchandise. Beuuar, comme on dit.


Passons rapidement sur les évidences: qui dit groupe d'extrême moderne dit prod béton et musiciens très au dessus de la moyenne. Criminal ne fait pas exception, et on ne sait plus où donner de la tête entre le batteur aux pieds assassins et aux mains véloces, les guitaristes aussi balèzes en riffs qu'en lead (mention pas mal du tout aux soli de Rodrigo Contreras) et le brailleur de service qui beugle tout ce qu'il a. Je n'ai pas mentionné la basse? Ben non, forcément, c'est de l'extrême donc on ne l'entend que trop peu. Pas glop, mais c'est toujours comme ça... Pour le genre en général on est face à un croisement entre extrême pour le chant growl permanent et les quelques blast-beats, heavy pour le côté mélodique de certains passages et thrash voire thrashcore le reste du temps. Une mixture bien maîtrisée ma foi, car les enchaînements sont soignés et ne choquent jamais. Déjà un bon point.

Pour les compos en elles-mêmes le parti pris est l'efficacité totale, tant au niveau des moments extrêmes que des parties de heavy mélodique. Les groupes d'« extrême-hardcore-thrash-heavy-death-tout-ce-qui-cogne » pullulent et la sélection se fait tout d'abord sur ce critère, car une telle musique ne saurait en aucun cas être molle. Aucun souci pour Criminal de ce côté: l'album enchaîne les petites bombes sans temps mort ni relâchement de la pression. DevilDriver est un bon exemple d'union du métal européen et du métal US: Criminal est dans la même démarche mais chez eux c'est le côté européen qui prime. Les moments heavy et les leads sont très ancrés dans l'héritage Maiden/Priest/Accept et c'est très bien comme ça, car ces plans ne cassent pas du tout la méchanceté et l'énergie déployées le reste du temps.

On l'aura compris: le point fort de Sicario est également sa limite. Les moments d'inventivité réelle sont souvent délaissés au profit d'une multitude de plans « in your face » qui sauront sûrement mettre un pit à genoux et s'apprécient particulièrement à fort volume (et éventuellement en sautant partout dans l'appart')... par contre cet album m'a semblé plus plat à chaque fois que je l'ai écouté au casque. Il reste qu'il aligne les bons points: il tient le coup sur la longueur, il est varié tout en étant cohérent, et il recèle une part imposante de bonne musique haineuse qui fait headbanguer. Pour refaire le parallèle avec DevilDriver je dois avouer que cet album m'a fait une impression équivalente voire meilleure que le premier opus de la bande à Fafara, d'où la note. Bonne came.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4