235

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Terence Holler
(chant)

-Eugene Simone
(guitare)

-Rob "Peck" Proietti (guitare)

-Lisa Oliviero
(basse)

-Dave Simeone
(batterie)


TRACKLIST

1)Muddy
2)Forbidden
3)The World Appart
4)This Everlasting Mind Disease
5)Picture on the Wall
6)Dice Rolling
7)Drowning
8)Blindfolded Walkthrough
9)See You Down
10)Slow Motion "K" Us
11)Lonesome Existence

DISCOGRAPHIE


Eldritch - Portrait Of The Abyss Within
(2004) - metal prog - Label : Limb Music



Tiens, un petit peu de metal progressif italien, ce n'est finalement pas si courant que ça, intéressons-nous donc à Eldritch, qui n'en est pas à son coup d'essai (la formation a été créée en 1991!) et a déjà sorti quelques albums; mais Portrait Of The Abyss Within est le premier à voir le jour sous leur nouveau label, Limb Music Products. Influencé par Fates Warning, Coroner, Machine Head et consorts, Eldritch nous propose un power metal progressif stylé et racé, mais classique dans le fond.

Dès "Forbidden", le ton est donné: riffs clairs (la guitare lead est accordée très haut) et puissants, arpèges purement power metal et matraquage de batterie seront sans aucun doute possible au programme de cet album. Cette tendance est effectivement la bonne, associant constructions finalement assez minimalistes d'un point de vue technique ("The World Apart", "Picture On The Wall") et efficacité cantonnée au registre power metal, au demeurant usée jusqu'à la corde. "Dice Rolling" tire cependant son épingle du jeu grâce à une rythmique entêtante bien que légèrement téléphonée et à un pont efficace entre la guitare rythmique (dont le rendu est ici très bon) et la guitare lead de Eugene Simone (qui assure assez souvent la saveur de la musique d'Eldritch) tout le long du morceau.

Le reste de l'album oscille entre le metal purement progressif ("Drowning" et ses riffs à la Dream Theater, assez originaux, "This Everlasting Mind Disease") inventif et, il faut l'avouer, bien exécuté, ballades heavy ("Picture On The Wall", "Blindfolded Walkthrough") peu inspirées et faisant office de remplissage, heavy prog classique mais classieux ("See You Down") et power metal burné ("Slow Motion K Us", "Forbidden"). Un programme tout ce qu'il y a de plus cliché donc...bon, la voix de Terence Holler tient la route, aussi bien dans un registre à la LaBrie ("Lonesome Existence") que dans des gammes plus heavy. Les différents instruments ressortent amplifiés et auréolés d'un mixage stylé, bien que légèrement en retrait lors d'une écoute au casque.


Eldritch nous propose avec Portrait Of The Abyss Within un album puissant (on n'en attendait pas moins d'un disque de power metal), maîtrisé en tous points mais manquant singulièrement de cette petite flamme qui fait d'un grand album... un grand album justement. Une déception en demi-teinte, finalement: autant certains riffs sont particulièrement jouissifs, autant la surprise amenée par ces riffs fait redescendre grandement le plaisir procuré à l'écoute du reste de l'album, loin d'être de la même trempe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3