2303

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-John Lawton
(chant)

-Mick Box
(guitare)

-Ken Hensley
(claviers)

-Trevor Bolder
(basse)

-Lee Kerslake
(batterie)

TRACKLIST

1)Woman of The Night
2)Falling in Love
3)One More Night (Last Farewell)"
4)Put Your Lovin' on Me
5)Come Back to Me
6)Whad'ya Say
7)Save It
8)Love or Nothing
9)I'm Alive
10)Fallen Angel

DISCOGRAPHIE


Uriah Heep - Fallen Angel
(1978) - hard rock pop rock - Label : Bronze Records



Vers la fin des années 70, la plupart des groupes phares de hard-rock commence à faire figure de dinosaures à cause de l'arrivée de la vague punk ! Conscients d'etre incapables de rivaliser avec l'énergie de cette nouvelle vague, les anciens choisissent d'évoluer dans un créneau différent de celui qui a fait leur succès, sans pour autant perdre leur identité. A ce jeu là, certains y laisseront leurs plumes (Deep Purple après le départ de Ritchie Blackmore et avant la mort de Tommy Bolin, Led Zeppelin avant la mort de John Bonham !). Mais bon, faut bien évoluer, car on peut pas recréer la magie des premiers albums à l'inifini et c'est valable pour tous les groupes de cette époque.

Uriah Heep, après un virage pop déjà amorcé sur Innocent Victim, continue sur cette lancée, sans doute influencé par le succès mondial de "Free Me", un single pop bien cul-cul. Fallen Angel donne l'impression de n'être rempli que de hits en puissance, compacts et avec très peu d'expérimentations ou de délires instrumentaux en tout genre. Mais là où Innocent Victim était globalement assez faible, Fallen Angel réussit l'exploit de combiner l'énergie et la flamme toujours présentes des débuts d'Uriah Heep avec un aspect pop très prononcé. La plupart des fans méprisent ce disque à cause de cet aspect pop. A tort, car Fallen Angel est un disque très inspiré, Uriah Heep ayant retrouvé la joie de vivre autour d'un line up stable depuis 3 albums (mais ça ne va pas durer hélas !), et très varié, alternant les ballades classiques, les titres rock joyeux et dynamiques, acoustiques ou bien heavy et d'une richesse jamais égalée.

"Woman Of The Night" : pour ouvrir l'album, quoi de mieux que cette bombe ? Ce morceau est fantastique en tout point et prouve qu'Uriah Heep est toujours en grande forme : beaucoup d'énergie, une superbe mélodie avec une rythmique bien heavy derrière, ça pulse sévère ! Tout s'enchaine à 100 à l'heure là dedans, entre les choeurs enjoués sur le refrain (Rhapsody à coté, c'est de la rigolade) et le guitariste trouve même le temps d'incorporer des p'tits arpèges sublimes pour magnifier le tout. Le prestation du chanteur surtout est incroyable, très en verve sans pour autant hurler, toujours très classe quoi. Les sons du claviers ont un peu vieilli par contre. Si il n'y avait qu'un titre à retenir de ce disque, ce serait celui là ! "Falling in Love" : ça continue de plus belle avec la même cadence infernale, des choeurs à gogo, toujours aussi succulents, «Keep on falling, keep on falling in love» et l'association grosse guitare - orgue Hammond tourne à plein régime. "One More Night" : du rock joyeux, comme sait si bien le faire Uriah Heep, ça swingue à mort, même pas la peine ! "Put Your Lovin' On Me" : une ballade très forte, très accrocheuse, des arpèges et des choeurs sublimes ! Quoi je me répète ?

"Come Back To Me" : encore une ballade, plus calme cette fois-ci, même carrément à fleur de peau ! Ecrite par le batteur Lee Kerslake, c'est devenu un gros hit en Allemagne. "Whad' Ya Say" : Uriah Heep digère l'influence de la musique disco à sa sauce; les synthés et les choeurs amènent une ambiance assez étrange, tout à fait dans l'esprit du groupe, sans être excessif. "Save it" : ça débute par un rythme assez lourd, à grand renfort de guitare, et sur le coup, on imagine un morceau bien heavy. Et puis non, ça s'accélère et on a à faire à nouveau à du rock joyeux qui dépote, avec piano-bar un peu à la Elton John. "Love Or Nothing" : un titre acoustique, là aussi Uriah Heep excelle, et il s'intègre très bien au reste de l'album, contrairement à ceux de Led Zeppelin qui étaient parfois faiblards par rapport aux titres électriques. "I'm Alive" : un autre joyau de l'album. Il était temps que l'album devienne plus électrique. Plus rock que "Woman of the Night", mais un lyrisme qui n'a rien à lui envier. "Fallen Angel" : un nouveau morceau acoustique, plus mélancolique, c'est le titre le plus progressif de l'album. Magnifique, mais le refrain est peut être répété un peu trop souvent. A noter l'utilisation d'une batterie synthétique sur quelques breaks de toms, pour faire style (un peu comme dans le reggae à cette époque), et ça sonne plutôt bien.


La version remasterisée de ce disque contient 4 titres en bonus dignes d'intérêt, quasiment aussi bons que les autres titres : 2 faces B de singles, un inédit ("A Right To Live") qui se démarque par son groove infernal, ses guitares funky et un putain de refrain qui change des choeurs habituels, et la première version de "Been Hurt" chantée par John Lawton, ce titre figurera sur Conquest, l'album suivant et il diffère complètement du reste de Fallen Angel par ses sonorités bluesy (ce sera d'ailleurs John Sloman, un chanteur de Gary Moore qui apparaitra sur la version finale). Bien sur, Fallen Angel peut paraître dénué d'agressivité par rapport aux albums phares de Black Sabbath, Led Zeppelin ou Deep Purple, mais Uriah Heep a toujours préféré privilégier la mélodie et le mélange des genres sur ses albums. On peut dire que c'est le dernier album d'Uriah Heep typique de ce qu'ils faisaient dans les années 70, donc faut en profiter car ce ne sera plus jamais pareil après. Le tout accompagné de chœurs toujours aussi magnifiques et d'un chanteur exceptionnel, John Lawton, et on n'est pas très loin du chef-d'œuvre !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3