229

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Andi Deris (chant+guitare)

-Peter F.Idera
(guitare)

-Ralph G.Mason
(batterie)

-Gisbert Royder
(basse)

TRACKLIST

1)House Of Pleasure
2)Come In From The Rain
3)Think Higher!
4)Good Bye Jenny
5)The King Of 7 Eyes
6)Foreign Rainbow
7)Somewhere, Someday, Somesay
8)They Wait
9)Now That I Know This Ain't Love
10)Could I Leave Forever
11)1000 Years Away

DISCOGRAPHIE


Deris, Andi - Come In From The Rain
(1997) - hard rock - Label : Massacre



Premier album solo d'Andi Deris histoire de s'aérer la tête après trois années pour le moins chargées et intenses depuis qu'il a intégré les rangs d'Helloween (en 1994). Évidemment, sur son album solo, le chanteur peut exprimer sans retenue tout ce qu'il a de plus excentrique et il ne s'en prive pas. Donc si vous n'aimez pas le personnage « psychopathe-lover » et son chant « coin-coin », inutile d'aller plus loin, car ici Andi braille pour notre plus grand plaisir.

Come In From The Rain regroupe toutes les influences pop du chanteur ainsi que des mélodies proches de son travail avec Pink Cream 69, mais ce n'est en aucun cas un album de heavy metal. Disons plutôt du hard mélodique à fortes connotations pop et bien sur très axé atour de sa voix. Inutile de préciser que les ballades bien kitschs comme il en avait fait avec Helloween sur "If I Knew" et "Forever And One", il y en a un bon paquet ici.

La meilleure ballade est sans conteste "Come In From The Rain", superbe, avec des mélodies allemandes très solides, elle aurait facilement pu apparaître sur un album d'Helloween. Je la trouve d'ailleurs infiniment supérieure aux ballades citées plus haut, de l'album Time Of The Oath. "Good Bye Jenny" est davantage people jack, c'est d'ailleurs le single de l'album et enfin, les deux ballades acoustiques pop "Somewhere, Someday, Someway" et "Now That I Know This Ain't Love" sont également imparables, quoiqu'un brin sirupeuses.

Les ballades ne représentent donc pas les moments faibles de l'album, bien au contraire, Andi est très à l'aise dans ce registre. Ce sont plutôt les morceaux de hard mélodique qui empêchent Come In From The Rain d'être complètement transcendant. Non pas qu'ils soient mauvais, mais ce type de chansons est parfois un peu prise de chou, surtout au niveau des refrains ("Think Higher !", "1000 Years Away"). Je préfère voir Andi Deris chanter sur du hard rock joyeux avec Pink Cream 69 ou sur le heavy très speed d'Helloween. Autrement dit, quand Andi Deris fait du mélodique pour être mélodique, c'est pas l'extase totale. Son chant est plus terne, il manque de fun ou d'agressivité.

Du fun, il y en a quand même sur "House Of Pleasure", du hard rock classique revisité façon Deris donc plus fou que la moyenne. Le très helloweenien "The King Of 7 Eyes" quant à lui est loin d'atteindre le niveau des citrouilles. "The King Of 7 Eyes" donne l'impression de figurer sur son album solo pour ne pas avoir été accepté sur un album d'Helloween. Elle est tout de même très puissante même si ses sonorités orientales ne sont pas très subtiles. Son refrain est quand même grandiose, très dark donc dans la lignée du new Helloween. Et enfin, "They Wait" dégage une certaine profondeur avec une assise mélodique comparable à un "Hey Lord !", les claviers rétro en plus et son refrain de grande classe me fait penser à celui de "Don't Spit On My Mind". On tient donc ici du très gros calibre !


Come In From The Rain préfigure en quelque sorte ce que sera le prochain album d'Helloween, le génial Better Than Raw dans lequel Andi Deris aura davantage d'espace pour imposer ses idées. Car c'est bien en groupe que le bonhomme brille (et braille aussi) le plus. Come In From The Rain est surtout à conseiller à ceux qui veulent découvrir l'étendue de son talent dans un autre registre que le metal. Mais pour les fans d'Helloween en tant qu'entité, il n'a rien d'indispensable sauf pour ceux qui voudraient comprendre d'où viennent une bonne partie des idées de Better Than Raw.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5