2266

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 08 juillet 2008
Sa note : 14/20

LINE UP

-Carmen Elise Espaenes
(chant)

-Daniel Droste
(guitare)

-Christian Hector
(guitare)

-Daniel Fischer
(claviers)

-Birgit Öllbrunner
(basse)

-Chris Merzinsky
(batterie)

TRACKLIST

1)Another Return
2)Lament
3)Unpayable Silence
4)Haunted
5)Desolation
6)Enlightenment
7)Tärefall
8)Infinite Fairytale
9)På Leting
10)Dancing with the Midnight Sun
11)Tapt Av Hap

DISCOGRAPHIE


Midnattsol - Where Twilight Dwells



Midnattsol est un groupe germano-norvégien dont le premier album, ici chroniqué et intitulé Where Twilight Dwells est sorti en 2005. À l'heure actuelle le groupe a à son actif deux galettes, la deuxième étant sortie en cette année 2008 et s'intitulant Nordlys. Mais consacrons-nous pour les quelques minutes à suivre à leur premier opus, en nous posant des questions tout à fait légitimes : encore un de ces groupes de metal gothique à chant féminin ? Encore un de ces débuts de groupes timides et comme souvent sans intérêt ? Ou alors aurons-nous cette fois droit à des débuts prometteurs d'une longue carrière ?

On commence par le morceau "Another Return" qui, sans tout à fait résumer l'album et même loin de là, en annonce tout de même assez bien la couleur. Il nous dévoile une voix qui selon votre perception sera vide, fade et sans intérêt, ou alors justement naturelle, pure et non forcée. Sans vouloir rentrer dans un cliché définissant la chanteuse Carmen Elise Espanaes comme n'étant que la frangine de Liv Kristine, la vocaliste n'a rien à envier à sa grande soeur. Le niveau technique des lignes vocales n'a certes rien de comparable, mais cette voix est vraiment très agréable à entendre et on est bien loin du stéréotype du metal à chanteuse d'opéra. Nos oreilles jouissent donc de riffs heavy assez simples, sur lesquels est superposée une voix très naturelle et quelques mélodies folkloriques à la guitare lead, sans instruments folks.

Concernant justement cette instrumentation, il est à préciser que le tout reste assez simple, et qu'il y a bien peu de recherche rythmique sur cet album. Mais le batteur maîtrise son sujet et effectue quelques variations assez plaisantes, accompagnées de jeux de cymbales aussi sympathiques que peu révolutionnaires. On est ici en présence d'une musique qui n'a rien à voir avec des groupes à la Nightwish, fait qui ceci-dit est à réserver à ce chapitre de la discographie de Midnattsol. Les claviers sont assez discrets lorsqu'ils sont présents, et souvent les guitares sont utilisées à bon escient : régulièrement, une guitare lead joue des mélodies folkloriques sur des riffs plutôt classiques. On citera également les délicieuses mélodies vocales de "Lament".

Les tempos sont très variables et l'intensité de l'album est elle aussi très hétérogène. On passe de morceaux rythmés comme de la pop (citons une nouvelle fois "Another Return") à des rythmiques plus heavy ("Haunted"), sans oublier les morceaux très calmes, mais pas moins jolis, comme "Desolation", dont les paroles peuvent toutefois être perçues comme étant plutôt, comment dire, niaises. Nous ne manquerons pas de souligner que de nombreux morceaux, comme "På Leting", jouissent d'une certaine variation d'intensité qui leur permettra peut-être de faire la différence dans l'esprit de ceux qui parmi vous étaient d'opinions mitigées quand à la qualité musicale de ce groupe.


Aucune prouesse, ni sur le plan technique, ni du point de vue des compositions. Mais Midnattsol nous offre ici un disque très agréable à écouter, peu répétitif, et surtout avec une voix bien naturelle, et c'est là quelque chose qui manque à beaucoup de groupes. Ce premier opus de la formation est un album relax, net et sans bavures. Et des bavures, en général, quand il y a du clavier et du chant féminin, il y en a.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7