2255

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 08 juillet 2008
Sa note : 15/20

LINE UP

-Joel O'Keefe
(chant+guitare)

-David Roads
(guitare)

-Justin Street
(basse)

-Ryan O'Keefe
(batterie)

TRACKLIST

1)Stand Up for Rock 'n' Roll
2)Runnin' Wild
3)Too Much, Too Young, Too Fast
4)Diamond in the Rough
5)Fat City
6)Blackjack
7)What's Eatin' You
8)Girls in Black
9)Cheap Wine & Cheaper Women
10)Heartbreaker
11)Hellfire

DISCOGRAPHIE

Runnin' Wild (2008)

Airbourne - Runnin' Wild
(2008) - hard rock à la AC/DC - Label : Roadrunner Records



Autant crever l'abcès tout de suite, ça sera fait... Oui, Airbourne y font rien qu'à copier AC/DC. Les mêmes accords, les mêmes riffs, les mêmes soli et surtout le même son! En même temps, deux frangins australiens, hein, avaient-ils vraiment le choix? À ce stade de la compétition, deux options s'offrent à l'auditeur : soit il se braque comme un gros fan de base et décide d'ignorer Runnin' Wild, soit il reconnaît que la bande à Angus n'a rien sorti de correct depuis Ballbreaker -1995, tout de même - alors si d'autres s'en chargent à leur place et ben pourquoi pas...

Première remarque, le son : gras, généreux, claquant et terriblement 70's, qui colle à merveille aux compos de nos Australiens... Il faut dire qu'ils utilisent du matos qui a fait ses preuves puisqu'il a pas mal servi à un groupe de l'hémisphère austral dont le nom tient en quatre lettres et un éclair! En clair et sans vouloir citer de marques (s’ils veulent faire des cadeaux pour cette pub impromptue, aucun problème) ça sent bon les grosses Gibson branchées sur des Marshall pleins de lampes. Si en plus les musiciens savent s'en servir et qu'ils ne se ménagent pas au niveau de l'énergie on est quitte pour une bonne séance de Hard Rock old school! Joel O'Keefe officie simultanément aux guitares solo et à la voix, ce qui est plutôt rare. Côté voix, le registre n'est pas dégueu : voix rocailleuse, poussée dans les aigus et très énervée. Côté lead, on sent que le gars s'est enfilé tout les soli de Papa Young jusqu'à s'en faire saigner les doigts : on croirait entendre l'écolier dans ses grandes oeuvres. Son acolyte, David Roads, préposé à la rythmique, assure son boulot et les deux hommes sonnent comme un seul. Sans parler de l'ossature basse/batterie qui sans être originale envoie quand même bien le bois!

Petit tour d'horizon de la rondelle. Les deux premiers titres de l'album valent à eux seuls le prix de l'album tant on assiste à un déferlement de rock 'n' roll bien maîtrisé. "Stand Up for Rock 'n' Roll" ouvre les hostilités avec son intro démoniaque, ses riffs acérés et ses paroles insipides (ce qui fait de cette phrase une gradation ratée). Car il faut bien avouer que les paroles ne sont pas le fort de nos bonhommes, les thèmes abordés ne quittant guère les champs lexicaux de l'alcool, des femmes et du rock (ce qui n'est pas sans rappeler un triptyque bien connu). Preuve par l'exemple : « Drink your beer, drink your wine, let's have à good time » (pourquoi pas) ou encore « But it was me who took her home/And gave her bed a good rockin » (quel plus beau compliment pourrait-on faire à la femme éternelle), j'en passe et des meilleures... Laissons donc de côté ces basses considérations linguistiques pour parler plus précisement des morceaux.

Parce qu'ils sont plutôt bons les morceaux et sur les onze que comporte la galette, bien peu sont à jeter. À commencer par l'excellent Runnin' Wild et son riff accrocheur : difficile de ne pas headbanguer à s'en briser la nuque. Dans le même registre, "Diamond on the Rough", "Black Jack" et "Girls in Black" délivrent un Hard Rock tendu et nerveux à souhait ainsi qu'une bonne pelletée de riffs efficaces. Plus rock 'n' roll/boogie, "Fat City" et "Cheap Wine & Cheaper Women" (bien joué les gars...) font leur petit effet. Ce qui n'est pas le cas de certains titres qui sentent sérieusement le remplissage : "Heartbreaker" ressemble trop aux « grands frères » pour être honnête, "Hellfire" se perd un peu dans sa propre énergie et "What's Eating You" prouve qu'il n'est pas facile de faire des morceaux lourds. Mais ne soyons pas trop exigeants : il ne s'agit tout de même que d'un premier album.


En bref et en conclusion, que penser de Runnin' Wild? Qu'il s'agit d'un bon album de Hard / Rock avec quantité de bons riffs péchus et une énergie qui fait plaisir à entendre. Alors tant pis s'il ne révolutionne pas la musique, s'il ressemble trop à d'autres, si sa durée de vie est plutôt limitée : profitons des écoutes jouissives qu'il procure et allons faire un peu d’air guitar devant la glace de la salle de bains avant que l'effet ne retombe. Stand Up For Rock 'n' Roll !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7