2225

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 12 juin 2008
Sa note : 12/20

LINE UP

-Lord Kraath
(chant)

-Lord Mysteriis
(batterie+guitare+basse+claviers)

TRACKLIST

1)Before Time
2)Enter the Pandemonium
3)Architecture of Fantasmagoria
4)Flesh Inferno
5)Plague Bringer
6)Seraphim Ephemeral
7)Inquisition
8)Crimson Thirst
9)Conceptualizing the Devil
10)Quitessence of Hell

DISCOGRAPHIE

Flesh Inferno (2008)

Blackwinds - Flesh Inferno
(2008) - black metal - Label : Regain Records



Quand un membre d’un groupe de black-metal décide de monter un projet parallèle, que fait-il ? Il embauche les membres de son groupe principal et ensemble, ils font du black-metal. Comme vous le remarquerez, l'intérêt et la surprise sont énormes. Au moins le groupe ne sort pas des sentiers battus. C’est un petit peu l’histoire de Blackwinds, groupe suédois pour qui les mots « prise de risque » n’existent pas. La qualité musicale sera-t-elle au rendez-vous en revanche ?

Blackwinds est en fait un side-project des membres de Setherial, une sorte d’amusement pour passer le temps donc, puisque Blackwinds fait aussi du black. Tout comme son grand frère, le groupe semble avoir des difficultés à garder un line-up stable, puisque la moitie de l’équipe a déjà quitté le navire (en même temps la précédente sortie du groupe, un EP, date de 1999). Lord Mysteriis se retrouve donc seul aux commandes de tous les instruments. Le groupe ne se démarque jamais du black-metal classique à la suédoise, sauf dans la frappe rythmique qui ne s’appuie pas sur du blast-beat uniquement, et l’utilise même avec parcimonie. Au contraire de nombre de ses collègues, Blackwinds compense ce manque de vitesse par des mid-tempi lourds et l’utilisation de la double pédale.

En dehors de ce trait particulier, Blackwinds fait une musique empruntant tous les poncifs au genre, sans jamais trahir ce patrimoine. Attendez-vous donc à nombre de riffs tranchants et froids, une atmosphère lugubre et violente, quelques relents de mélodies et une petite touche de symphonie via des nappes de claviers plus ou moins discrètes. L’ensemble est servi par un chant tout ce qu’il y a de bien malsain et blasphématoire. On fait difficilement plus classique, sans compter que le tout sent le réchauffé: les nappes de claviers sont on ne peut plus bateaux, les riffs sans originalité, la construction des morceaux sans aucune surprise. Le niveau technique compense largement car il n’y a rien à reprocher sur ce plan, ce qui constitue au final le seul intérêt de ce disque. L’auditeur de black y trouvera son compte le temps d’une écoute, mais sûrement pas deux.


Flesh Inferno est un disque qui ravira les fans du genre. Sauf pour la rythmique, posée et n’utilisant pas la vitesse pour exprimer la violence, le tout est classique et sans aucune surprise. L’ambiance est au rendez-vous, le niveau aussi. Mais la durée de vie de ce disque est limitée. Cependant si tout ce que vous attendez d’un groupe est qu’il joue de la bonne musique sans vouloir vous surprendre, ruez-vous dessus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3