2219

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Alan. A. Nemtheanga
(chant)

-Ciáran MacUiliam
(guitare)

-Michael O'Floinn
(guitare)

-Pól MacAmlaigh
(basse)

-Simon O'Laoghaire
(batterie)

TRACKLIST

1)The Golden Spiral
2)The Gathering Wilderness
3)The Song of The Tomb
4)End of All Times (Martyr's Fire)
5)The Coffin Ships
6)Tragedy's Birth
7)Cities Carved In Stone

DISCOGRAPHIE


Primordial - The Gathering Wilderness
(2005) - black metal dark metal pagan - Label : Metal Blade Records



Voilà, avec ce nouvel album de Primordial, l'archétype du disque formellement épique: des origines même du groupe aux sonorités de ce disque, tout respire la puissance, la mélodie et l'engagement féroce. Les blessures indélébiles de l'Irlande natale de Primordial sont dépeintes avec une extrême justesse tout le long de ce nouvel effort, survenu cinq longues années après leur fantastique troisième album, Spirit The Earth Aflame (2000).

Revenu à des sonorités moins éclatantes que sur le maître-étalon de leur discographie, délaissant légèrement l'agressivité de Storm Before Calm (2002) sans en perdre la force motrice, The Gathering Wilderness n'est plus que tristesse, souffrance et désespoir, dont la seule lueur au fond de l'abîme réside en cette volonté farouche d'accoucher littéralement du résultat de cette souffrance: Primordial est ainsi une catharsis exemplaire pour ses membres. D'où cette musique puissante mais sincère, crue mais écorchée vive, très souvent touchée par la grâce et par une mélancolie à fleur de peau. A vrai dire, le terme "épique" est si bien approprié à la musique de Primordial, que je me refuse à apposer toute autre étiquette qui lui serait alors foncièrement réductrice: les Irlandais, menés par un formidable vocaliste vivant ses morceaux avec ses tripes, pratiquent un metal sombre, ténébreux, à la croisée des chemins entre folk, pagan, dark et black metal. Les compositions sont souvent étirées (huit minutes en moyenne), le rythme est assez moyen mais très lourd et les guitares, aériennes et presque oniriques, plaquent leurs accords croisés dans des rythmiques simples mais toujours justes.

Le folklore irlandais, fondement parmi les fondements de ce groupe résolument en dehors du cadre, est distillé ici par touches discrètes et inattendues (les splendides harmonies de guitare en introduction du morceau-titre, "The Gathering Wilderness", le pont de "The Song Of The Tomb", émouvant au possible), procurant une grâce et un timbre mélancolique incommensurables aux sept compositions de ce petit chef d'oeuvre. "The Song Of The Tomb" martyrise ses notes dans un crescendo incroyable, nous laissant sur le carreau dans sa seconde partie, grâce à un riff implacable; "The Coffin Ships", quant à lui, se trouve être un des meilleurs morceaux du groupe, avec ses percussions tribales et ses riffs majestueux, tout en progression, et baigne dans une atmosphère triste et marécageuse, soulevée par l'imposant timbre d'un vocaliste plus que sous-estimé. "Cities Carved In Stone" conclut l'album sur une note pessimiste, voire macabre, ralentissant quelque peu le tempo. Seul "Tragedy's Birth", dans une moindre mesure, ne parvient pas à faire mouche autant que les autres morceaux, tout comme "End Of All Times", où la redondance inhérente au style est plus marquée. Sans cela, on aurait logiquement affaire à un sans-faute.

Nemtheanga sussurre, crie, chante, mais il ressort une seule chose de cette incroyable voix: la douleur. Ses textes, de plus, sont à mille lieues des sempiternels poncifs du genre: ici, la tragique histoire de l'Irlande est dépeinte dans un maëlstrom d'émotions. Il est question de sang, de la mort, de famine, d'identité culturelle, mais toujours d'une manière sensible et incroyablement touchante. Question production, The Gathering Wilderness est brut, sans fioritures mais paradoxalement limpide, laissant ainsi tout l'espace sonore, très chargé, aux percussions (mention spéciale à la batterie) et aux guitares, sans pour autant laisser de côté l'étrangeté surprenante du chant plaintif de Nemtheanga, maître d'oeuvre hors du commun doublé d'un frontman possédé par ses démons. The Gathering Wilderness est sans conteste l'album le plus abouti et le plus écorché de Primordial à ce jour (on pense à Spirit The Earth Aflame et A Journey's End pour compléter le tiercé de tête) et un des albums majeurs de l'année 2005 en termes de metal extrême.


Intègre, sincère, épique, éminemment gracieuse, la musique de Primordial est empreinte d'une sensibilité rare et chose magnifique, elle ne lasse pas le moins du monde alors que beaucoup d'éléments auraient pu jouer en sa défaveur (production et redondance rythmique principalement). Les Irlandais ont ainsi accouché dans la douleur d'une oeuvre aboutie, dotée d'une symbolique forte et d'un fond émouvant. Malheureusement trop méconnu, ce groupe doit cependant se faire une place de choix dans votre coeur de mélomane et pourrait bien rallier tous les amateurs de metal, quelque soient leurs affinités.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1