221

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Tobias Sammet (chant+claviers)

-Jens Ludwig
(guitare)

-Dirk Sauer
(guitare)

-Tobias Exxel
(basse)

-Felix Bohnke
(batterie)


TRACKLIST

1)Tears Of A Mandrake
2)Jerusalem
3)Out Of Control
4)The Headless Game
5)Scarlet Rose
6)Nailed To The Wheel
7)Vain Glory Opera
8)Theater Of Salvation
9)Key To My Fate
10)Deadmaker
11)Land Of The Miracle
12)Until We Rise Again
13)The Unbeliever
14)The Devil And The Savant
15)Wings Of A Dream (2001)
16)For A Trace Of Life
17)But Here I Am
18)La Marche Des Gendarmes
19)Avantasia (live)
20)Walk On Fighting (live)
21)Wake Up The King (live)

DISCOGRAPHIE


Edguy - Hall Of Flames
(2004) - mélodique speed metal - Label : AFM Records



Passant de l’écurie AFM à Nuclear Blast, Edguy se voit voué à l’obligation contractuelle du best-of. Cette opération commerciale est critiquable mais est devenue tellement courante que tout le monde l’accepte sans broncher. C’est donc un condensé des cinq premiers albums du groupe que vous retrouverez sur Hall Of Flames: The Savage Poetry, Kingdom Of Madness, Vain Glory Opera, Theater Of Salvation, et Mandrake. Comme pour tout best-of, l’intérêt d’une telle parution varie selon la clientèle.



Si vous êtes néophyte dans le monde de Tobias Sammet et de ses joyeux lutins, vous pourrez apprécier sur le CD1 les dix titres qui leur ont semblé les plus emblématiques de la première période du groupe. Voici donc les "Jerusalem", "Vain Glory Opera", "Theater Of Salvation" et autre "Land Of The Miracle", un tas de petites perles. L’album Kingdom Of Madness est le moins représenté, avec uniquement le titre "Deadmaker". Le choix des morceaux est plutôt convenable, même si l’on se demande ce que vient faire "The Unbeliever", qui aurait pu être avantageusement remplacé… Quoiqu’il en soit, c’est une porte d’entrée idéale.

Les connaisseurs braconneront en terrain connu puisque tous ces titres sont livrés tels quels, rigoureusement identiques aux versions studio. Pas beaucoup d’intérêt donc. C’est là où intervient le CD2, qui rassemble des raretés, des bonus-tracks, et des extraits live, en plus de deux pistes vidéo et de fonds d’écran. Pour ma part, j’ai été ravi de retrouver la délirante "Marche Des Gendarmes", le célèbre thème du Gendarme De Saint-Tropez, dont Tobias est fan, revu et corrigé par les edguys. Le reste, en fait de raretés, est constitué de titres que les fans un peu curieux auront su se procurer sans trop de difficultés: "The Devil & The Savant" est un bonus-track français de Mandrake, "For A Trace Of Life" et "Walk On Fighting (live)" sont ceux de Theater Of Salvation, etc. La version live de "Avantasia", elle, sort directement du double album Burning Down The Opera.

Les seules vraies nouveautés, à ma connaissance, sont la version live de "Wake Up The King" et la vidéo de "The Headless Game" live. Dans cette dernière, Tobias se démène comme un beau diable, et joue avec le public un jeu débile qui consiste à gueuler à tour de rôle des mots emprunts de poésie tels que "fuck", "shit", "beast", "motherfucking shitty fuck", etc. En bref, pas grand chose à se mettre sous la dent pour les connaisseurs. Ceux-là peuvent retirer facilement dix points à la note finale. Ceux en revanche qui veulent pénétrer dans l’univers déluré des p’tits rigolos teutons en auront vraisemblablement pour leur argent. D’autant que, fait appréciable pour un best-of, le booklet est très soigné, comportant de zolies photos, les lyrics, et une note de Tobias lui-même, relative à chaque chanson du best-of. C'est pas beau, ça?




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1