2172

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 25 mai 2008
Sa note : 9.5/20

LINE UP

-Alexi Laiho
(chant+guitare)

-Roope Latvala
(guitare)

-Janne Warman
(claviers)

-Henkka Seppälä
(basse)

-Jaska Raatikainen
(batterie)

TRACKLIST

1)Hellhounds on My Trail
2)Blooddrunk
3)LoBodomy
4)One Day You Will Cry
5)Smile Pretty for the Devil
6)Tie My Rope
7)Done with Everything, Die for Nothing
8)Banned from Heaven
9)Roadkill Morning
10)Ghostriders in the Sky (Stan Jones cover)
11)Lookin' Out My Back Door (Creedence Clearwater Revival cover)
12)Just Dropped In (Kenny Rogers cover)
13)War Inside My Head (Suicidal Tendencies cover)

DISCOGRAPHIE


Children Of Bodom - Blooddrunk



Children of Bodom est un groupe à réputation mitigée, avec, de part et d'autre, des généralités très métalliennes. D'un coté les adorateurs d'accélérations et de solos de guitare monstrueux, de l'autre les gens discréditant justement les solos de ce type, faisant passer nos Finlandais pour un groupe bourré de clichés et vendu à l'industrie de la musique. Voyons lesquelles de ces idées reçues sont exactes en écoutant le dernier disque du groupe en date, Blooddrunk.

On commence par du rentre-dedans, une introduction sans détours qui va - si on peut dire - à l'essentiel, j'ai nommé "Hellbounds on My Trail". Dès le début, on a droit à des claviers synthétiques à souhait. Ceux qui n'aiment pas ce type de claviers auront avec cet album de quoi être dégoûtés à vie de la musique. Pour les autres, même remarque, en fait. On est en effet en droit de penser que cet instrument est ici utilisé avec trop peu de parcimonie, et chacun sait que trop de clavier tue le clavier. On a l'impression qu'ils servent ici à combler un manque de richesse, à la fois rythmiquement et du point de vue des mélodies, mais en vain : mieux vaut être seul que mal accompagné. On se surprend d'ailleurs par moments à avoir l'impression de se trouver dans une église en écoutant le titre "Roadkill Morning", c'est vous dire.

Il en va d'ailleurs de même pour les solos de guitare, et bien qu'il faille reconnaître la grande dextérité des musiciens et en particulier celle du guitariste, ainsi que la qualité de certains solos (citons une nouvelle fois "Roadkill Morning"), on a ici l'impression de manger huit desserts à la suite. On regrette un peu que les structures soient aussi classiques, avec un solo qui semble obligatoire après le deuxième couplet. Certes, ce n'est pas un groupe de metal progressif, mais aucun argument ne saurait justifier la monotonie d'un album sur toute sa longueur. On retiendra tout de même quelques riffs de guitare bien ficelés, et toujours bien exécutés, et la gratte qui est souvent employée de la même manière que l'on utilise les instruments d'époque dans le metal folklorique à la Finntroll. Citons le morceau "Smile Pretty for the Devil" pour illustrer cet aspect fort plaisant des compositions de Children of Bodom.

Le chanteur est quant à lui doté d'une voix correctement rageuse et potentiellement bourrée d'émotions. Mais sa manière de chanter semble assez monotone et limite donc les possibilités. Trop peu de variations vocales se laissent entendre, ce qui résume assez bien la musique de cet album : sur un plan purement musical, il est assez pauvre, mais il saura quand même nous ravir lorsqu'il s'agira de headbanguer, et on nous sert ici une musique plutôt digeste pour l'amateur de death mélodique lambda. La formation nordique saura donc nous exorciser de notre colère lors de soirées ou en concert. Il faut également souligner quelques belles harmonies, comme par exemple dans la piste "Done with Everything, Die for Nothing", mais rappelons nous toutefois qu'un beau monument n'est valable qu'à partir du moment où il repose sur de solides fondations.


C'est bourrin, très peu subtil, et même si ça fait partie de l'identité du groupe, il y a un manque. Il y a sur ce disque quelques riffs et solos à retenir, quelques mélodies entraînantes, rythmiquement bien soutenues, mais on a malgré cela l'impression d'écouter sans arrêt la même chose, très peu d'idées nouvelles pointent leur nez. Cet album apporte bien peu à la musique lorsque l'on se rappelle que son auteur est considéré comme un groupe majeur de la scène metal, et cette galette est donc à réserver à vos soirées secouage de tête.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6