2165

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Witchfinder
(basse+chant)

-Peter Vicar
(guitare)

-Earl Of Void
(batterie)

TRACKLIST

1)Doom Over The World
2)The Devil Rides Out
3)Cromwell
4)Slave Of Satan
5)Council Of Ten
6)By This Axe I Rule!
7)Eternal Forest
8)Fucking Wizard

DISCOGRAPHIE


Reverend Bizarre - II: Crush the Insects
(2005) - doom metal - Label : Spikefarm



Reverend Bizarre aime multiplier des performances assez pittoresques pour un groupe de doom: "Slave of Satan", le single extrait du présent album a occupé la deuxième place des charts finlandais malgré sa durée de vingt et une minutes, ils ont enregistré ce qui est sûrement l'EP le plus long de l'Histoire (Harbringer of Metal et ses soixante-treize minutes) et surtout, ils ont réussi à se faire une solide réputation dès leur premier album, In The Rectory Of The Bizarre Reverend. Ces performances dignes de figurer dans le Guinness Book entre Thriller de Michael Jackson et You Suffer de Napalm Death découlent assez logiquement de la formule prêchée par les révérends bizarres: lourdeur, lenteur, répétitivité.

Les trois premiers titres de l'album sont un peu surprenants pour un album de Reverend, dominés par des riffs mid-tempo très groovy dans la veine de Doomsower (sur le précédent album). On est assez proche musicalement parlant des albums de Black Sabbath les plus sombres et "psychédéliques" (Black Sabbath, Vol. 4 et Sabotage) ainsi que d'un Cathedral période The Etheral Mirror. On a presque l'impression que les musiciens reviennent d'une cure anti-dépression, ils vont même jusqu'à insèrent un petit passage à la fin de Doom Over the World où l'on entend le groupe papoter et rigoler en studio. Mais même sur ces titres dynamiques (pour du Reverend), on a l'impression que les musiciens s'essoufflent à jouer aussi vite et retombent le temps d'un break ou d'une intro dans du doom très lugubre.

La musique reste très assommante, par moments apocalyptique, reposant sur un riff tournant en boucle pendant trèèèèèès longtemps, et le groupe se fait un peu prendre au piège du sur-minimalisme au début du disque. Alors que The Devil Rides Out peut se targuer d'un leitmotiv accrocheur et aisément mémorisable (et d'un final qui ressemble bizarrement à Electric Funeral de Black Sabbath), même les breaks et les changements d'ambiance ne sauvent pas Doom Over the World et Cromwell d'une certaine banalité. La formule se révèle bien plus efficace quand Reverend Bizarre bascule dans la lenteur extrême proche d'un groupe de funeral doom (cf. leur compatriotes Skepticism ou Shape Of Despair), tout en gardant une production et un chant très old-school (ce qui implique des arrangements simples mais pas forcément simplistes). Parfois, ces litanies interminables sont entrecoupées d'accélérations tout aussi lugubres, dans l'esprit de titres du précédent album comme In The Rectory ou Sodoma Sunrise.

Dans ce domaine, les Reverends sont dangereusement proches de l'auto-parodie (il leur faudra sûrement un certain nombre d'albums avant d'y sombrer complètement, comme un certain My Dying Bride), mais ils savent encore trouver les bons riffs et à instaurer le désespoir total comme raison de vivre (ou du moins, de faire de la musique). "II: Crush The Insects" a bien mérité son numéro car on sent bien qu'il y a de la redite, mais généralement, savoir que Fucking Wizard évoque fortement Black Sabbath (la chanson) n'est pas un grand défaut pour la plupart des fans de musique doom. Les musiciens essayent de faire le lien entre les prémices du genre et les formes plus modernes et "extrêmes" (dans les ambiances et non pas dans l'agressivité) et y arrivent plutôt pas mal. A voir donc par rapport à vos affinités avec ce genre de musique car In The Rectory Of The Bizarre Reverend reste quand même l'album à écouter en priorité si l'on veut faire connaissance avec l'univers du groupe.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4