2100

CHRONIQUE PAR ...

19
Thänatøs
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Peter Andersson
(tout)

TRACKLIST

1)In Abandoned Places
2)The Shadow of the Soul
3)Disintegrates from Within
4)Towards Desolation
5)Becoming the Void of Nothingness

DISCOGRAPHIE


Raison d'Être - Requiem for Abandonned Souls
(2003) - indus ambient - Label : Cold Meat Industries



Vous vous trouvez au beau milieu de nulle part. Vous ne voyez que des terres arides qui s’étendent à perte de vue et en face de vous se trouve l’entrée d’une grotte. Des sons de cloche retentissent, vous scrutez encore les environs mais point d’église, de monastère ou de cathédrale. Vous réalisez que ces sons de cloche semblent surgir de la grotte et vous décidez de vous y aventurer, laissant le coucher du soleil derrière vous.

De longs gémissements plaintifs vous parviennent mais vous ne parvenez pas à en identifier la source. Est-elle humaine ? Ou est-ce une créature millénaire qui a élu domicile ici ? Votre instinct vous dit de faire marche arrière mais votre curiosité vous dicte d’avancer plus encore. Et c’est ce que vous faites, armé de votre lampe torche que vous n’utilisez pas cependant : des mineurs semblent avoir installé un réseau de lumières ici. Les gémissements s’estompent au fur et à mesure et vous réalisez le tintamarre créé par des chutes de cailloux peut-être sur des plaques métalliques.

Vous continuez d’avancer, lentement mais sûrement. Vous êtes quelqu’un de patient de toutes façons et l’inquiétante beauté du voyage vous a séduit au point que vous souhaitez le prolonger. Tout bruit a cessé ou presque. Il ne reste qu’un carillon puis les voix reprennent mais cette fois-ci, on dirait qu’elles chantent. Oui elles chantent et c’est un chant lugubre, mystique, quasi-religieux qui vous parvient, vous tétanise, vous envoûte puis s’évanouit, vous laissant abasourdi. Vous récupérez vos esprits et reprenez votre route, pressé que vous êtes de découvrir le mystère de la grotte.

Au fil de votre progression, vous passez à côté d’une source d’eau que vous ne remarquez qu’après avoir entendu les cliquetis de gouttes d’eau sur la roche. Vous pensez que si ce que vous avez écouté le long de votre périple était sorti sur album, on aurait dit que c’est du dark ambiant, qu’il aurait même été culte, qu’il aurait déstabilisé bon nombre de métalleux avec son absence de guitares/batterie/basse et aurait été une formidable source d’introspection à la frontière de l’autodestruction, mais vous rejetez cette pensée pour profiter pleinement du voyage. Le réseau de lumières s’arrête, puis vous allumez votre lampe torche et sentez que arrivez bientôt à destination.


Vous y êtes. Vous arrivez à un cul de sac et vous vous asseyez par terre, le dos contre la paroi rocheuse. Vos paupières s’alourdissent. Les voix reprennent encore et encore. Vous ne parvenez toujours pas à identifier leur chant puis soudain, vous réalisez que c’est d’un requiem qu’il s’agit. De votre requiem. Vous comprenez sans trop savoir comment que ce sont des âmes désolées, comme la vôtre le sera bientôt, qui le chantent. Peut-être sont-ce les âmes de mineurs qui ont creusé trop profondément ? Vous n’en avez aucune idée. Reste que vous ne vous sentez pas l’énergie de résister à l’effarante beauté de leurs chants. Vous fermez vos paupières, dodelinez de la tête et doucement, vous quittez ce monde, rejoignez ces âmes abandonnées et vous attelez à attirer de nouveaux compagnons. C’est devenu votre… Raison d’Être.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4