2087

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Hoest
(chant)

-Rym
(guitare+chant)

-Jerv
(basse)

-Jontho
(batterie)

TRACKLIST

1)Preludium
2)Heir Of Darkness
3)Recreation Of The Angel
4)Rites Of Geburah
5)Blackdoor Miracle
6)Murder
7)Kneel
8)Bless Thee For Granting Me Pain
9)Journey From Life

DISCOGRAPHIE


Ragnarok - Blackdoor Miracle
(2004) - black metal - Label : Regain Records



Il a bien fallu quelques écoutes pour pénétrer le dernier et cinquième blasphème de Ragnarok, ce groupe norvégien qui n’arrête pas depuis le milieu des années 90 de desservir des albums de Black Metal de plus en plus crus, violents et maîtrisés. Pour Blackdoor Miracle, le chanteur de Taake s’est glissé dans le line-up pour un rendu très agressif. Un très bon album de Black aux atmosphères diaboliques… Tout d’abord l’agressivité de la pochette mérite le détour. Finis les décors confus mélangeant scènes infernales et païennes, un personnage plutôt désappointé nous pointe de son arme à feu, une pauvre blonde criblée de balles nous tourne le dos, tout ça mélangé à des flammes, du sang et des bougies… et c’est pour le meilleur du Black, alors tout va bien.

Coté progression, Ragnarok abandonne le son feutré et linéaire pour aborder des sonorités plus crues, directes, faisant penser aux productions d’Enthroned (Carnage In Worlds Beyond ). Au niveau du jeu, j’étais même assez surpris de retrouver comme un relent Heavy/Thrash de Bewitched, un peu plus absent sur les albums d’avant, donnant une ampleur plus hétérogène à l’ensemble de Blackdoor Miracle. En tout cas point d’encombrement de soli ici, les compositions sont basées sur des riffs agressifs alternant les rythmiques saccadées proches du Heavy Metal et les purs plan Norvégiens ultrarapides qui font tout le charme de ce style. Ce style de composition qui n’est pas exempt de superbes mélodies endiablées présente même parfois des riffs tordus, dissonants mais terriblement captivants. C’est du titre éponyme à l’album dont je parle : "Blackdoor Miracle", offrant un refrain extrêmement tordu, proche des enfers. Ce titre est remarquablement bien composé, alternant à l’aide de breaks travaillés des passages Thrashy d’autres ultra blastés.

Ce titre se suffit avec quelques autres à justifier l’album. Les coups de feux et autres cris donnent encore plus de violence à ce titre, à mon avis bien plus intéressant que d’autres comme Murder, sans réelle surprise. A remarquer que Ragnarok, avec son nouveau chanteur Hoest a fait un gros effort de rendu au niveaux du chant, très agressif et bien placé. Les backing vocals apportent aussi une profondeur non négligeable, qui donnent toute l’ampleur au titre "Kneel", sur un fond de Black très traditionnel bien exécuté. Si le chant est parfois négligé ou trop monotone dans certains groupes, celui de Ragnarok est parfaitement réussi, déchiré à souhait !

J’ai tendance à croire cependant que la vraie force de Ragnarok réside dans les titres les plus rapides, ceux de vrai Black Metal Norvégien, développant des mélodies angoissantes et profondes. Le groupe devrait se concentrer sur ce point. Dans cette veine, le titre "Journey From Life" est vraiment excellent, ultra rapide (bravo le batteur pour ses performances remarquables), un vrai mur de guitares malsaines. On a du mal à ne pas garder en tête le refrain, joué sur presque sept minutes, menées par une voix écorchée donnant à ressentir de la nostalgie et à voir couler du sang. L’envie de passer en boucle "Journey From Life" est insurmontable et cela en fait incontestablement un des meilleurs titre de l’album avec Recreation Of The Angel. Ces titres renouent en outre avec les compositions des albums comme Diabolical Age (2000) et Arising Realm (1997), du grand art de pure tradition.


En fin de compte, Ragnarok ne fait certes pas figure de leader sur la scène Black, mais l’intégrité musicale et conceptuelle du groupe, complétée d’un remarquable Blackdoor Miracle violent et direct le place parmi les plus respectables. Le son du Studio Abyss ne fait qu’aggraver la sentence sauvagement destructrice.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2