2084

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Dan Tyrantor
(chant)

-Carcass Chris
(guitare)

-Rick Scythe
(guitare)

-Jon Necromancer
(basse)

-Joe "Apocalyptic" Warlord
(batterie)

TRACKLIST

1)Bones Of My Enemies
2)Supernatural Killing Spree
3)Kill For Metal
4)Conquest Of The Grotesque
5)Ectoplasm
6)Return Of The Werewolf
7)Reptilian
8)Cryptobeast
9)Wrath Of God
10)Warriors Of Iron And Rust

DISCOGRAPHIE

Cryptobeast (2005)

Usurper - Cryptobeast



Les Manowar du métal extrême existent, et ils s'appellent Usurper. Voilà un groupe qui affiche dès la première page de son site web «no posers allowed», qui déclare avoir fait son album pour qu'il soit «un poing lancé dans la gueule de ceux qui osent appeler la merde popisante de nos jours du métal», et qui balance en troisième titre un morceau intitulé "Kill For Metal". Wow ! Et je ne vous raconte pas les tronches et l'attirail sur les photos promo. Du grand art. Et la zique, donc, me direz-vous? Et bien voilà...

Encore un groupe avec un gros son et d'excellent zicos. Ca en devient lassant du point de vue du chroniqueur ! Par contre, le fan de métal moyen devrait accrocher sur la première impression: ça beute, ça speede, c'est massif et ça crie. Que demande le peuple? La batterie aurait gagné à être mixée un poil plus en avant, mais Joe Seigneur De Guerre Apocalyptique fait de son mieux pour mériter son surnom, et tape très fort et très vite. C'est beau, le niveau des batteurs de nos jours, ça fait rêver. Le son des grattes sonnent délicieusement thrash (on est pas loin d'Anthrax, en plus lourd), et la prod' du chant est bonne. Et il y a une basse, aussi (c'est à peu près tout ce qu'on peut en dire).

Donc au niveau de l'exécution, aucun souci mon général. Les gratteux ont chacun une main droite de malade, et nous sortent un petit festival de rythmiques soit lourdingues soit hyper speed, avec quelques accélérations en salves où l'ont atteindrait presque le niveau d'un Fear Factory au niveau purement technique (la musique n'ayant rien à voir). Les riffs sont en général bien bons, comme celui du premier titre "Bones Of My Enemies" ("Blood Of My Enemies" ça avait déja été pris). Le hurleur hurle ma foi pas mal, et module même un peu. Son registre de grunt se place dans une mouvance grave thrash/death, et de temps en temps il pousse un petit scream aigu black histoire de prouver qu'il peut. Pas super super varié, ok, mais toujours en adéquation parfaite avec la musique de son groupe, c'est indéniable.

La musique donc. Ben ça tire parfois sur le black et parfois sur le death (surtout), avec de bon vieux passages thrash pour faire les transitions. Le groupe utilise cette recette maintenant bien connue qui permet d'enchaîner les types de métal extrême sans trop de difficulté, mais Usurper se permet quelques petites incartades qu'on attendait pas forcément. Sur l'ultra-méga-hymne "Kill For Metal", où il part dans un genre de black 'n' roll (!!), avec des influences limite Motörhead qui se fondent tout à fait dans le paysage musical. Ce titre n'invente rien, il est juste hyper efficace, et sera sûrement très impressionnant une fois repris par trente mille allemands au prochain Wacken. Car Usurper fait vraiment «groupe à Wacken», ce genre de groupe d'extrême qui fédèrera sans problème la plupart des fans de metal: c'est de la musique à bière, en plus méchant.

Et même parfois c'est carrément bon, comme sur le titre "Conquest Of The Grotesque", tout en gros riffs. La construction des titres est tout de même assez pensée, caractéristique propre au thrash, ce qui évite la lassitude à l'écoute. Le titre pré-cité propose tout de même pas mal de plans et de changements de tempo, et c'est là que réside à mon sens le point fort d'Usurper: ils ne contentent pas de faire du clichesque, alors qu'ils auraient très bien pu. Il y a tout de même une petite prise de risques, ne serait-ce que parce que la plupart des chansons dépassent les quatre minutes et que la première en fait cinq et demi. L'inter-titre instrumental "Ectoplasm" est rigolo, c'est comme si le groupe avait rassemblé toutes ses velléités mélodiques en une seule chanson... de deux minutes trente. On se dit «oh, tiens, une ballade ?», et pis non, ça passe à "Return Of The Werewolf", titre très bourrin et très réussi. C'est forcément fait exprès, et je trouve ça vraiment bien joué.


Bon, au final, je n'ai pas trouvé de titres vraiment mauvais sur ce skeud, ni de titre chef-d'oeuvristique, mais beaucoup de bon métal. Le début du title-track "Cryptobeast" est bizarre : ça fait bien imprécation sataniste black sur fond de gens qui accordent leur guitare... Mais le titre lui-même est compact, agressif au possible, et bien sympa, avec un mini-solo de gratte de bon niveau et beaucoup de variations vocales par rapport au reste de l'album. Usurper ne révolutionne rien, mais tout fan de musique thrashisante, violente et efficace devrait y trouver son compte. C'est finalement un album d'un bon niveau, et si vous n'avez rien contre les gens qui crachent sur les poseurs avant de tirer des tronches ridicules et de faire des signes du diable sur leurs photos promos, et bien allez-y.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2