2078

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Johnny
(basse+chant)

-Tomas
(guitare)

-Fredrik
(guitare)

-Anders
(batterie)

TRACKLIST

1)Winterland
2)Destruction
3)Only The Dead
4)The Longships Are Coming
5)Helljoy
6)Insane For Blood
7)I Bring You Death
8)Attack!
9)CEO
10)One Night In Nazareth
11)Praised Be The Lord
12)Metalheads
13)To Miklagård
14)Long Live The Beast

DISCOGRAPHIE


Unleashed - Sworn Allegiance
(2004) - death metal - Label : Century Media



Pas besoin pour ce nouvel opus d’Unleashed des nombreuses écoutes périlleuses nécessaires habituellement pour rentrer dans un nouvel album. Le groupe a su évoluer avec le temps, proposant un death toujours plus extrême avec Where No Life Dwells et bien évidemment avec le cultissime Shadows In The Deep. Unleashed apporte ici une œuvre plus thrash, plus rentre-dedans, dans laquelle l’accent est mis sur les refrains puissants et sur les mélodies sans cesse travaillées.

Sworn Allegiance possède un charisme différent des précédentes œuvres du groupe. Pour les quinze ans de la formation, ayant survécue à une scène death/thrash mouvante et parfois déclinante, Unleashed nous dévoile un album direct, passé des riffs gras et d’outre-tombe pour asséner une musique propre et agressive bénéficiant d’une production à la hauteur. Ils ne pouvaient se permettre de s’orienter dans cette voix plus technique sans d’abord penser au son qui conviendrait. Pas trop éloigné de Slayer quelques années plus tôt, aussi bien dans le son rugueux et épuré des guitares que dans l’exécution des riffs, les treize titres de l’album ne laissent aucun répit à l’auditeur, lui rappelant à tout frôlement de corde qu’il faut continuer à combattre pour la destruction, tout simplement. Pas de réelle surprise néanmoins de la part des Vikings, voire peut-être une légère tendance à la prévisibilité des titres et du contenu, même si chaque rythmique est un régal, tout comme les soli tout simplement envoûtants et maîtrisés, à l’inverse du groupe cité plus haut.

Johnny fait encore mouche avec sa voix imposante, dans le ton juste, gardant toujours une certaine tonalité old thrash. Elle avantage les titres dynamiques et complètement faits pour la scène, à savoir "Metalheads", volontairement prévu à cet effet dans la musique comme dans les paroles. Headbangs assurés sur ce titre, hommage à quinze ans de combat et de fidélité des fans… «Come on bang your heads, True Metalheads», voilà à peu près 90% des paroles du titre. Ce dernier révèle d’ailleurs un peu ce qui se dégage de manière plus générale et insidieuse sur cet album. A l’écoute, on a simplement l’impression que Unleashed a préparé un enregistrement destiné aux fans qui seront présents aux concerts. Certaines compositions, outre "Metalheads", sont carrément construites et enregistrées comme en live. "Helljoy" rentre dans ce cas de figure, avec des rythmiques et un final parfaitement taillés pour la scène. Unleashed offre une nouvelle approche de sa musique. L’important est aujourd’hui de jouir de tous ces fans inconditionnels en concert, donc simplement être violent, direct, et avoir un son sur mesure.

Les mélodies de guitares ne sont pas en reste dans cet album, il ne faut pas l’oublier. Fredrik à la six corde parvient de mieux en mieux à faire vivre les ambiances, parfois tordues et fantomesques comme sur "Insane For Blood", parfois parfaitement incisives sur "Destruction (Of The Race Of Man)" et parfois épiques sur l’excellent "To Miklagârd". Ce titre est d’ailleurs selon moi à l’honneur sur cet album, inspiré d’une atmosphère particulière que l’on ne retrouve pas dans les autres. L’inspiration Viking, que Unleashed n’est pas prêt d’abandonner, aura toujours dans son sac plus d’un tour pour donner naissance à de pures et puissantes mélodies épiques. Belle incitation au combat.


Malgré certaines longueurs nées de riffs fondus dans le même moule, Sworn Allegiance est un album correct, peut-être en deçà de ce que le groupe nous a déjà offert. Une vraie tuerie metallesque pour tous ceux qui voudront le prendre comme un exutoire rythmique. Un disque plus risqué pour ceux qui connaissent les réelles capacités du groupe. En tout cas une œuvre intéressante pour pogoter dans une fosse remplie de cheveux longs.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3