2050

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-[SIN_d]
(chant+guitare)

-[Py-Ër]
(chant+guitare+programmation)

-[Pä_tRisS]
(basse)

TRACKLIST

1)Genesis Of Destruction
2)Stone Cold Embrace
3)Soul Mirror
4)The Room
5)Erosion Of Thoughts
6)Altered Reality
7)Low Life Process
8)Glittering Words
9)Seeds Of Fate

DISCOGRAPHIE

Seeds Of Fate (2006)

Hypnosis - Seeds Of Fate
(2006) - death metal cyberdeath - Label : Bent Records



Treize ans que les Bayonnais d'Hypnosis écument les routes! Le trio qui a déjà partagé la scène avec Gojira, Benighted ou Zuul FX revient cette année avec son quatrième album, ce Seeds Of Fate propose un cyber death metal aux vocaux mixtes qui en surprendra plus d'un. En effet peu de groupes réussissent réellement à faire avancer le death, et Hypnosis propose une mixture à la fois moderne et authentique, même si elle n'est évidemment pas dépourvue de défauts…

Le très gros son saute aux oreilles d'entrée : Seeds Of Fate est doté d'une production très puissante, riche en basses et qui procure à l'album un côté massif bienvenu. En fait, il n'y a que la batterie qui choque un peu car le son est assez metallique (pensez à Kataklysm) et pour cause… elle est programmée. En fait une fois que l'on sait qu'il s'agit d'une boîte à rythme on ne peut qu'admirer le travail sonore car le résultat aurait très bien pu être le fruit du travail d'un batteur humain. Le death d'Hypnosis peut aussi se targuer d'un vocaliste de talent en la personne de [Py-Ër] qui growle très bien et très grave. Et il reste les deux paramètres qui mettent le groupe à part : les éléments électroniques qui viennent se mêler au mur de guitares et de double-pédale d'une part, mais surtout la présence de la voix féminine de [SIN_d] qui vient de temps à autres renforcer la formule du groupe.

[SIN_d] a une voix qui ne sonne pas du tout gothique, ce qui change des habituels échanges growl/voix féminine qu'on a déjà pu entendre. Assez puissant, son timbre sonne surtout rock voire pop par moments et la qualité de la production permet de totalement mêler ses interventions au death puissant qui entoure sa voix. Et il est question de death multifacettes ici : à dominante mid-tempo mais ne rechignant pas à balancer du blast-beat quand il le faut, le death metal d'Hypnosis est avant tout extrêmement accrocheur. Les riffs de la paire de guitaristes [SIN_d] et [Py-Ër] sont extrêmement rapides et précis, le plus souvent doublés par une double grosse caisse fear factorienne qui en renforce l'impact. Mais plus que le reste c'est l'incursion de la mélodie qui permet à Hypnosis de se détacher de la masse.

En effet, chez Hypnosis elle se décline sur trois thèmes : les interventions de chant clair de [SIN_d], les influences NWOBHM à la guitare et les divers samples et effets de claviers que le groupe incorpore à son propos. Hypnosis réussit même à ne pas sonner comme la scène scandinave, ce qui est toujours le risque quand on met de la mélodie et des claviers dans du death. L'enchaînement des rythmiques ultraviolentes avec les parties de guitares harmonisées se fait avec classe et le chant féminin est aussi à l'aise sur des parties plus pop que sur des blast-beats. Hypnosis se permet même d'aller chasser sur les terres du black avec succès ("Soul Mirror"), ce qui confirme la capacité du groupe à imposer son identité sur un large spectre de registres.

Le principal défaut de ce CD est un petit sentiment de lassitude qui finit par s'installer à cause de cette cohésion sonore qui impressionne pourtant au début. La guitare comme les voix sont très puissantes mais le son ne varie jamais vraiment, ce qui finit par donner des airs de ressemblance aux chansons… La faute aussi à un format pas vraiment maîtrisé. En effet les titres font presque tous entre six et huit minutes, ce qui est clairement excessif. Hypnosis ayant réussi à produire un death métal extrêmement accrocheur et personnel il aurait été avisé d'en augmenter l'impact en réduisant la longueur des chansons. Mais la variété reste présente grâce aux effets électro (du dub à la bande-son Matrixienne) et aux registre allant du heavy-metal au brutal-death, ce qui permet à ce CD de rester agréable à écouter et réécouter. Bon cru.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6