2042

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Glenn Hughes
(chant+basse)

-JJ Marsh
(guitare)

-George Nastos
(guitare)

-Ed Roth
(claviers)

-Chad Smith
(batterie)

-Alex Ligertwood
(choeurs)

-Kevin DuBrow
(choeurs)

TRACKLIST

CD 1 :

1)Can't Stop the Flood
2)Higher Places
3)Written All Over Your Face
4)Medusa
5)Wherever You Go
6)Seafull

CD 2 :

1)Coast to Coast
2)First Step of Love
3)Mistreated
4)Gettin' Tighter
5)You Keep on Moving
6)Healer
7)Change

DISCOGRAPHIE


Hughes, Glenn - Soulfully Live In The City Of Angels
(2004) - hard rock - Label : Frontiers Records



Les fans réclamaient depuis longtemps un album live qui ne contiendrait que du matériel de sa fabuleuse carrière solo. A en juger les chansons présentes sur ce live, ça commence mal, seuls les albums Building The Machine et Songs In The Key Of Rock sont représentés ! Si ces deux albums sont excellents, il est vraiment regrettable de ne pas voir de chansons extraites des albums solos des années 90. Donc, aucun titre de From Now On..., Feel, Addiction, The Way It Is et Return Of Crystal Karma !

A la place, il va falloir encore et toujours se coltiner les éternelles reprises de Deep Purple, toujours les mêmes ("Mistreated", "Gettin' Tighter" et "You Keep On Moving") ! On commence à les connaître puisqu'elles figuraient déjà sur le live de HTP (Hughes Turner Project) sorti récemment ou sur le Burning Japan sorti il y a dix ans. Bref, ce live est une grosse déception pour sa tracklist puisqu'il n'offre pas un bon aperçu de la carrière solo de Glenn Hughes.

Pour la musique en elle-même, évidemment, c'est du tout bon ! Les trois chansons de Songs In The Key Of Rock interprétées avec le cogneur Chad Smith (le batteur des Red Hot Chili Peppers) bénéficient d'une pêche énorme, en particulier "Wherever You Go". Ce qui est surprenant est de voir à quel point ce live sonne brut, nettement moins produit et retouché que le live de HTP. Glenn Hughes a choisi de l'enregistrer dans une ambiance conviviale, sans pression, avec quelques potes dans le public. C'est pour ça que le public se fait discret, on a plus l'impression d'écouter des BBC Sessions. Glenn Hughes est également accompagné de choristes avec l'ancien chanteur de Quiet Riot, Kevin DuBrow, et un ancien Santana, Alex Ligertwood.

Alors la question que tout le monde se pose est: comment Glenn Hughes fait-il pour conserver autant d'énergie et de justesse dans son chant, après plus de trente ans de carrière? La réponse est simple et indiquée dans le livret. Glenn Hughes a assuré environ quatre cents concerts durant toute sa carrière, dont seulement une vingtaine pendant les années 80. C'est relativement peu. Quatre cents concerts, c'est l'équivalent d'une tournée pour Metallica et Linkin Park a fait environ deux mille concerts alors qu'ils sont encore très jeunes. Donc Glenn Hughes n'a pas eu le temps de se bousiller la voix durant des tournées interminables.

Les extraits de l'album légendaire Hughes/Thrall ("Coast To Coast" et "First Step Of Love") figuraient déjà sur le CD bonus live de l'album Return Of Crystal Karma, donc pas trop de surprises de ce côté là. "Coast To Coast" est toujours aussi belle, quelle que soit sa version. Par contre, "First Step Of Love" ne passe pas très bien l'épreuve du live, peut être un peu complexe à retranscrire. Les guitares sont heavy et abrasives sur ce titre, mais c'est finalement assez lourd à digérer et pas très beau. "Can't Stop The Flood", l'unique extrait de Building The Machine, était déjà présent sur le live HTP, et ce n'est pas le meilleur titre de ce disque.

Le groupe de Glenn Hughes a de la place pour se laisser aller à quelques improvisations et c'est tant mieux: sur la ballade "Written All Over Your Face", sur le funky "Gettin' Tighter" et aussi sur "Mistreated" où JJ Marsh joue à merveille son rôle de guitar-hero, sans trop en faire. La reprise de "You Keep On Moving" est par contre ratée, difficile à dire pourquoi, mais elle n'a en aucun cas la beauté de la version originale ou de celle de Burning Japan. Les deux reprises de Trapeze ("Medusa" et "Seafull"), l'ancien groupe de Glenn Hughes avant qu'il ne rejoigne Deep Purple, donnent envie d'aller découvrir les versions originales. A la fin du live se trouve un titre bonus, "The Healer", acoustique et enregistré en studio, une ballade sympathique aux airs un peu flamenco et aux mélodies imparables une fois de plus.


Au final, Soulfully Live In The City Of Angels et sa pochette un brin kitsch constituent une déception, à cause d'un contenu trop prévisible et pas assez représentatif de sa carrière solo. On attendait un live énorme et on doit se contenter d'un bon live. Ce n'est pas un bon moyen d'introduction pour le néophyte pour découvrir l'étendue de la carrière de Glenn Hughes et le fan de base, exigeant, sera forcément déçu.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4