2017

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 26 avril 2008
Sa note : 15/20

LINE UP

-Fiar
(chant+basse)

-Falke
(guitare+claviers)

-Wilhkiem
(guitares)

-Nechrist
(batterie)

TRACKLIST

1)Sot Endins
2)The Smile of the Sad Ones
3)Life’s Death Code
4)El Palau del Plocs
5)The Shame and the Spectre
6)L’Ombra de L’Adicció
7)Gebre
8)...I Tornà de les Cendres
9)Narrow Is the Path to Darkness

DISCOGRAPHIE


Foscor - The Smile of the Sad Ones



Foscor est un groupe quasi-inconnu sur nos terres, qui va bientôt faire ses premières armes scéniques en France lors du festival Black Metal is Rising. Groupe qui se démarque de la scène black-metal de par sa provenance: l’Espagne, plus précisément Barcelone la magnifique. Ne vous attendez pas à penser Tapas et soleil, Foscor ne reflète pas cette partie-là de l’Espagne. Imaginez plutôt de sombres paysages lunaires, le froid et l’hiver. Point de Costa del Sol, Foscor signifie ténèbres en Catalan après tout.

Le premier album du groupe, Entrance to the Shadows’ Village, sorti originellement en 2004 sur Sacral Production, puis fut réédité en 2007 par Oaken Shield avec un titre en bonus-track, fut bien accueilli sur nos terres Éternelles. Sorti trois ans plus tard et après un sérieux remaniement de line-up (seuls les membres fondateurs Falke et Fiar resteront dans le groupe), The Smile of the Sad Ones reprend toutes les qualités de leur premier opus tout en gommant la plupart de ses défauts. Point de séparation artificielle entre compositions black-metal et travail plus ambiant, Foscor s’est concentré sur l'homogénéité de son album, sans pour autant le rendre moins complexe. De fait, les compositions sont moins linéaires et les variations de tempo sont dorénavant plus nombreuses durant les chansons. Passage proche du doom metal sur "The Smile of the Sad Ones" ou encore sur "The Shame and the Spectre", riff d’ouverture de "Life’s Death Code" ou "El Palau del Plocs" bien heavy et mélodique, utilisation de la guitare acoustique, Foscor ratisse un spectre plus large que par le passé.

Le groupe change sensiblement de style aussi, alors que le premier album lorgnait souvent vers le pagan, celui-ci tend plus vers le doom/death. Entre les deux, le groupe a repris un titre de Katatonia pour un tribute-album et l’influence des Suédois s’entend; ambiances sombres et hantées (les deux excellents titres "El Palau des Plocs" et "Gebre" sont les meilleurs exemples, l’un utilisant des accords de guitare acoustique ponctués de cris et l’autre une nappe hypnotique avec des spoken words), utilisation du chant clair plus importante, riffs pachydermiques (ceux ornant "The Smile of the Sad Ones" sont les plus inspirés de l’album). Le groupe effectue un gros travail pour la mise en ambiance, plus inspirée et moins simpliste que sur leur premier album. Foscor a mûri, a enrichi sa musique pour la rendre encore plus sombre qu’elle ne l'était déjà et tout cela sans dévier de sa démarche originale.

Parce que Foscor fait du black-metal tout de même, et compte bien rester fidèle aux principes fondateurs du genre, ne les trahissant jamais tout en introduisant quelques éléments originaux. La musique garde une froideur toute scandinave malgré l’utilisation de la langue catalane sur la moitié du disque. En cela, Foscor utilise son héritage personnel sans jamais dénaturer l’esprit du genre: violence, haine, horreur, production sale juste comme il faut, qui met d’ailleurs en avant la basse, fait rare. Surtout que le changement de chanteur fut bénéfique au groupe, la voix de Fiar transmet le degré de haine et de ténèbres requis, et son chant clair est mieux posé, au contraire de l’ancien vocaliste Norax. Le tout comporte tout de même quelques défauts et on ne peut passer sur le manque d'originalité de certains riffs, surtout quand ils sont peu nombreux par chansons.


Foscor est un groupe de la scène black-metal à suivre. Sur la pente du progrès depuis son premier album, le groupe mûrit et nous propose un second disque plus abouti: plus homogène et aux ambiances plus travaillées, tout en conservant la dose d'agressivité propre au genre et son intégrité. Son mélange de doom et de black séduit et l’utilisation de la langue catalane, tout comme la mise en avant de la basse, donne un cachet personnel à cet album.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4