2003

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Zahaah
(chant+basse)

-Mathrien D.
(guitare)

-Anton
(guitare)

-Kahos
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)Entering Odin's Huge Palace
3)It was In Europe
4)Untitled
5)The Inner Mirror
6)The Law Of The Worship
7)Yon
8)The Alienated
9)Like A Shadow
10)Untitled
11)Daily Desillusions
12)Untitled
13)Les Strates
14)Last Day In Alesia

DISCOGRAPHIE


Himinbjorg - Europa
(2005) - black metal pagan viking - Label : Adipocère



En ces temps de grands débats européens Himinbjorg, groupe français, se saisit de l’opportunité pour donner sa vision de la chose. Hmmm, mouais, en fait ils ne sont pas trop portés Constitution. Plutôt une bonne vieille Europe du retour aux sources, à la Nature et la communication environnementale. Bref, pas très politique finalement. D’un autre côté, c’est tout à fait normal pour un groupe opérant dans le viking metal. Qui dit viking dit Nature, donc vous voilà avec un pourquoi du comment. Pardon, viking? Hé oui!

Himinbjorg c’est ainsi forgé une réputation de pratiquant viking metal malgré sa nationalité pas très nordique. Pourtant par les thèmes dont il traite et par son approche résolument ancestrale de l’Europe, le groupe mérite son appellation d’origine presque contrôlée. Maintenant savoir que c’est du viking metal c’est bien sympa, mais ça ne renseigne pas sur grand chose musicalement car le genre est large et pioche un peu partout ses influences. Ici l’obédience est faite au black metal, c’est dit. Le chant, les guitares et les blasts sont là pour le rappeler. Les chants clairs, lointains et les instruments utilisés de manière plus claire et aérienne (arpèges notmament) mettent en exergue le côté viking de la musique.

Arriver ici par tous ces méandres, et tout ça pour dire que le début de ce disque est très surprenant. Bon, une petite intro dans la Nature tout à fait classique mais un premier riff très… amateur (on décrit comme on peut) et une cassure de rythme pour le moins subite faisant penser à une saute de raccord dans l’enregistrement. Vraiment bizarre. Une fois cette péripétie passée on se retrouve dans une musique moins déroutante. Mais quand même, pour un début d’album, ça surprend. Le reste de l’album vous fera lui passer au travers de solides riffs blackisants mais non transcendants. Les rythmes utilisés sont foisons et passent allègrement du lancinant au plus énergique voire énervé. Tant mieux, cela assure une variété des ambiances et des chansons. A noter qu’il arrive même de se farcir des passages death comme le break sur "Yon" et des soli, riffs, chants, batterie limite true death. Soli que l’on retrouve par ailleurs en grand nombre, pour un CD de viking metal s’entend. Jamais mauvais, bien ancrés dans la musique, ils savent apporter une petite touche de raffinement supplémentaire.

Passons ensuite stupidement aux défauts pour suivre un non moins stupide plan bien/pas bien. Et ils sont plutôt étranges. Je m’explique. J’ai vu Himinbjorg en concert récemment et il faut avouer qu’ils ont tout retourné sur scène avec un son champêtre et puissant presque parfait et un chanteur qui assurait bien. Et là, désagréable surprise. La production manque de consistance et de ce côté «enregistré dans les bois», même si là n’est pas le principal reproche à faire au groupe puisque ça reste assez diffus toutefois. La grosse désillusion vient du chant qui possède un timbre, disons-le carrément, désagréable. Les passages purement blacks sont assurés comme il faut. Malheureusement il y en a d’autres où Zahaah s’essaie à des variations pas du tout du goût de mes oreilles. Pareil pour le chant clair « viking ». Autant en concert il m’avait bien bluffé, autant sur disque je suis un resté sur ma faim.


Cet album se révèle composé avec une grande maîtrise. Il ne se fait pas prendre en défaut par quelques bouses. On lui reprochera de manquer de génie par contre. Les riffs sont bons, sans plus. Et puis il y a surtout cette histoire de chant qui me rebute beaucoup. Il y a quelques bons passages, mais fortement contrebalancés par ce chant. A voir en concert absolument pour les amateurs de black/viking néanmoins. Sur disque, ça vaut le coup aussi, mais plus pour les fans.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4