2002

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Liv Kristine Espenaes Krull
(chant)

-Alexander Krull
(chant)

-Mathias Röderer
(guitare)

-Thorsten Bauer
(guitare)

-Christian Lukhaup
(basse)

-Martin Schmidt
(batterie)

TRACKLIST

1)Norwegian Lovesong
2)Tale Of The Sea Maid
3)Ocean's Way
4)Lovelorn
5)The Dream
6)Secret
7)For Amelie
8)Temptation
9)Into Your Light
10)Return To Life

DISCOGRAPHIE


Leave's Eyes - Lovelorn



Adeptes de musique bien bourrine donc carrément opposée au disque chroniqué ici, vous feriez bien de jeter une oreille attentive sur cet album, qui risque de vous réconcilier avec le metal gothique féminin et toutes ses subtilités. Si, si. Leaves' Eyes est le nouveau groupe de Liv Kristine Espenaes, qui, pour le coup s'est entourée des membres d'Atrocity; la belle, qui s'est faite jeter de son ancien groupe, Theatre Of Tragedy, sans en avoir été informée officiellement, a décidé de prendre le taureau par les cornes et de fonder son propre groupe, Leaves' Eyes. Et bien lui en a pris! Rappelant les heures de gloire passées de Theatre Of Tragedy sur Aegis, Lovelorn porte bien son nom. Comme quoi le metal peut être aussi subtil, romantique et passionné...

Franchement, c'est l'un des premiers disques de metal à chant féminin que je trouve aussi positif et entêtant, que l'on pourrait qualifier de "romantique" (terme casse-gueule!). C'est simple, un sentiment de bien-être vous remplit dès la première écoute de Lovelorn. Peut-être est-ce dû à des guitares accordées différemment (on retrouve ici la marque de fabrique d'Atrocity), peut-être à des claviers offrant des textures très aériennes et grandiloquentes, mais je crois surtout au pouvoir de séduction extrême de la voix de Liv Kristine. Elle n'a jamais auparavant aussi bien porté sur ses frêles épaules un album tout entier.

Leaves' Eyes est son groupe, cela se sent. Elle possède une voix unique, loin des timbres pourtant phénoménaux de Cristina Scabbia (Lacuna Coil) ou d'Anneke Van Giersbergen (The Gathering). Diamétralement opposées, ces trois chanteuses peuvent se targuer de posséder les plus belles voix du metal en général (Tarja Turunen jouant dans un registre lyrique). Mais Liv Kristine est dans un registre différent, quasi-angélique. Jouant sur des tonalités presque lyriques, mais pas emphatiques ("Ocean's Way"), sa voix possède un grain extraordinaire, indescriptible et imprime à ses lignes de chant (magnifiques sur cet album, plus encore qu'au sein de Theatre Of Tragedy) une légèreté invraisemblable, presque irréelle ("The Dream", "Secret").

Mais les compositions en elles-mêmes jouent sur une association qui, sur le papier, pouvait paraître complètement folle. Comment marier le metal tranchant d'Atrocity avec la présence de Liv Kristine Espenaes (petite news à la "Voici": la belle est mariée à Alexander Krull, le leader... d'Atrocity), sans décrédibiliser la force de l'un et sans entamer le charisme de l'autre? Mais dans la pratique, le résultat est plutôt convaincant. Alternant les moments de pure grâce ("Norwegian Lovesong", "For Amelie" et le tubesque "Into Your Light"), purement sensuels et romantiques (voire mélancoliques, comme le début enchanteur de "Secret") et les passages plus lourds, plus graves (la near-death metal experience de "Temptation", "Ocean's way") où Krull use de ses excellents grognements, "Lovelorn" fait preuve de variété. Variété expliquée par un concept musical très simple mais efficace, quoique qu'un peu cliché: Liv Kristine, petite fille, fait un rêve (romantique, bien sûr!) et l'album suit son déroulement, suite de moments plus ou moins calmes, jusqu'à son dénouement. Rafraîchissant.

Maintenant, la musique de Leaves' Eyes ne peut laisser indifférent. Fondé sur une voix sublimissime (je le répète), sur une opposition non moins contrastée (Liv Kristine/Alexander Krull, "la belle et la bête" dans toute sa splendeur) cet album paraîtra quelque peu grandiloquent dans son approche des claviers; les guitares, bien qu'omniprésentes et graves, sont essentiellement rythmiques et leur son est quelque peu déstabilisant mais réussi, lors de certains passages purement oniriques. Lovelorn est un album de metal subtil et discret, basé sur l'ambiance et les sentiments. En tous cas, la première écoute surprend, car le son est typique et la voix de Liv Kristine, originale et envoûtante.


S'il y a trois albums à conseiller désormais, pour s'initier à ce type de metal, ce sont bien Comalies de Lacuna Coil (plus bourrin et noir), Aegis de Theatre Of Tragedy (très atmosphérique et planant) et cet album de Leaves' Eyes (plus sensible, subtile et romantique), qui pose de nouvelles idées, plutôt originales et renouvelant le style. Une chose est sûre: Liv Kristine, où elle passe, envoûte systématiquement son auditoire. Les membres de Theatre Of Tragedy ont perdu ce qui faisait leur attrait majeur, tant pis pour eux. Liv Kristine est de retour!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5