1974

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Stephen Keech
(chant)

-Brennan Chaulk
(guitare+chant)

-Jason Barnes
(guitare)

-Mike Murphy
(basse+chant)

-Devin Chaulk
(batterie+chant)

TRACKLIST

1)Eye of the Needle
2)Pressure the Hinges
3)The Minor Prophets
4)The Oracle
5)White Collar
6)Needles
7)Janet's Planet
8)Servant Ties
9)Stitches
10)Vertigo
11)Akeldema
12)Eremus
13)Chorus of Angels

DISCOGRAPHIE


Haste The Day - Pressure The Hinges
(2007) - metalcore - Label : Century Media



Certains genres ont beau paraître totalement superficiels et voué à un oubli rapide la première fois qu'on les croise, c'est toujours le temps qui fait la différence au final. Au moment où j'écris le néo n'est toujours pas mort, le metalcore est encore vivace, le true-metal a encore de nombreux adeptes et... l'emo continue à ne toujours pas disparaître. Incroyable et sûrement frustrant pour certains, mais il faut s'y faire... surtout qu'horreur suprême, l'emo s'est maintenant instillé dans beaucoup de sous-genres, en sale mauvaise graine qu'il est. On a l'emo, le screamo, l'emocore, le postcore emo, etc, les puristes doivent s'en arracher les cheveux. Oh, et Haste The Day dans tout ça? Ben ils sont emo, quoi...

Bon, il faut bien l'admettre, l'étiquette emo est devenue un peu tout et n'importe quoi depuis quelques années. Si on compare les albums de Quicksand ou Rival Schools avec ceux de Bullet For My Valentine ou Funeral For A Friend, le lien peut paraître distant... mais quand on écoute Pressure The Hinges, on voit bien ce qui relie tout ça : un chant immédiatement reconnaissable tant en clair (tendance pop-punk MTV super lisse) qu'en hurlé (vomi et aigu oblige). Le reste peut varier à loisir : ce type de chant qui a maintenant envahi le metalcore au passage reste un signe d'émotitude poussé, au même niveau que la mèche qui couvre le visage. Si le chant clair de Haste The Day est clichesque à souhait -avé les harmonies et tout- il un peu plus varié que la normale dans les hurlements qui partent parfois dans les graves pour un résultat plus couillu qui étonne agréablement. Les riffs enchaînent figures rythmiques hardcore écrasantes et mélodies de guitares heavy-metal dans le plus pur style emocore, et le tout s'applique à être à la fois raisonnablement violent et catchy quand même, dans le plus pur style... emocore. Ahem.

Ben oui, c'est pas qu'on leur en veuille à Haste The Day, mais quand la partie descriptive d'une chronique se résume aux grandes lignes du genre c'est jamais bon pour l'artiste. Les enchaînements entre riffs catchy en twin lead, moments bruitistes et gros power-chords pop sur lesquels le chant redevient invariablement clair y'en a marre à force, surtout que ce n'est pas comme s'il y avait, genre, cent trente-cinq groupes sur ce créneau précis en ce moment. Alors on laisse défiler cet album dans l'espoir de tomber sur un passage un tant soit peu personnel ou au moins non-formaté... on tombe alors sur ce passage martial et épique de "Needles" où le chant se fait presque black, sur l'ambient "Janet's Planet" qui sonne plus Tool/Deftones qu'autre chose, l'instrumental cinématographique d'une minute "Eremus", l'ambiance symphonique et contemplative de "Chorus Of Angels"... ce dernier titre étant quasiment le seul à dégager une réelle identité sur un album qui en compte treize! Car Pressure The Hinges est assez long (plus d'une heure), ce qui est un facteur aggravant quand on sert du déjà entendu à tour de bras.


Ce Pressure The Hinges est du genre qui énerve car il confirmera aux yeux des anti-emo tous les clichés qu'ils mettent dans la gueule du genre depuis son apparition : répétition de formule jusqu'à la nausée, absence totale d'âme, violence prétexte qui ne semble être là que pour apporter une crédibilité, mise en avant de mélodies systématiquement simplistes et répétitives... c'est presque un cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire. Au nom de tous les véritables artistes qui évoluent dans cette scène (et Dieu sait qu'il y en a) il est temps de dire franchement à des groupes comme Haste The Day d'aller se faire voir. Allez, ouste!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5