1940

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-K-Shoo
(chant)

-Stéphane
(guitare)

-Daniel
(guitare)

-Phil
(basse)

-Maya
(batterie)

TRACKLIST

1)One Shot
2)Trust Is a Weakness
3)Against Everything
4)The Game
5)Crawling Snakes
6)In my Dreams
7)Memories
8)Killing You
9)Shine
10)P and S
11)No Respect for You
12)Until Nothing Remains
13)I Release
14)Loudmouths
15)The End

DISCOGRAPHIE


Noxious Enjoyment - Hav A Nice Death
(2004) - hardcore - Label : Autoproduction



Sympa, ce titre: Have A Nice Death. Pas mal pour le deuxième album de ce combo transporté par des ex de tous les bords: Lofofora, Dirty District, Boost, Sarkazein… Pour ce deuxième pamphlet, les cinq gaillards reviennent avec quinze titres courts mais intenses de thrash et de hardcore moshisant. Bon certes, ce n’est pas une révélation… La première écoute, même rapide, suffit à faire le tour de ce qu’offre Noxious Enjoyment dans cet album. Donc de nombreuses redites inévitables pour les avertis du styles. Le groupe semble ancré dans un temps passé où sons de garage (quoi que très propre), chant linéaire et rythmiques assassines faisaient légion. Même la pochette, plutôt laide, a gardé un peu du mauvais goût des combos des années 90.

Pas de quoi s’affoler cependant, les quinze titres offrent une musique directe et dynamique, du hardcore-thrash comme beaucoup aiment. J’aurais tendance à plus rapprocher Have A Nice Death du thrash que du hardcore. Certaines influences punks se font aussi sentir dans des titres comme "Against Everything" et "Shine", appelant le vieux démon Misfits. La suite se veut encore plus thrash dans la veine Slayer (oui je sais on compare souvent ce groupe à tout ce qui sort, mais les racines ne mentent jamais!).

Le chant de K-Shoo se veut déluré, vieux, sale et agressif. "Against Everything" montre bien cette volonte de ne pas aller en avant mais de simplement s’exprimer, ce que le groupe a réussi jusqu’alors. Ce Have A Nice Death paraît plus accessible que le précédent Whore-King-Class, monstrueusement découpé en tranches rythmiques difficilement digérables. Pour preuve, le titre "The Game", plus grave et réfléchi que la majorité des autres compositions. Les rythmiques posées et maîtrisées ainsi que le chant hargneux bien placé font la part-belle de ce titre. A noter une ambiance plus présente aussi sur ce même titre, grâce à une guitare en arrière plan venant déposer pendant les couplets une mélodie calme et dangereuse, dans un style presque metal extrême nordique. A côté de certains titres finalement très classiques comme "Until Nothing Remains", "Loudmouths" balance la sauce avec conviction.

Le chant déchiré ne nécessite aucun artifice, tout comme les roulements de batterie soutenant des riffs simples mais précis et assez rapide. Du crossover sympa, où un solo vient déchirer l’air avant de laisser place aux rythmiques-piliers de l’essentiel du titre. Un effort au niveau du son des solos est à reconnaître ici aussi. A remarquer la reprise de Discharge: "Protest And Survive", agréable et plutôt bien interprétée, à la sauce Noxious Enjoyment. Au final, le combo français ne s’attarde pas à recréer ni même à approfondir un style, mais plutôt à exécuter avec conviction la bonne vieille recette de grand-mère thrasheuse, déjà bien connue pour ses nombreux vices. Mais qui n’en reprendrait pas?




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6