1916

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 8/20

LINE UP

-Woe J. Reaper
(tout)

TRACKLIST

1)A Life About My Sabbath
2)Demonic Order in the Eternal Fascist's Hall
3)Beneath the Wings of the Black Vomit Above
4)The Deeds that grasp to the Candle's Shade
5)Mandragora Officinarum
6)Goatbreath
7)Deep in the Pot of Fresh Antipodal Weave
8)Djerve Djevel

DISCOGRAPHIE

UTD (2007)

Furze - UTD
(2007) - black metal - Label : Candlelight



De quel coté se placer lorsque l’on entend Furze, entité norvégienne estampillée black metal extrême et ayant vu le jour sous différents noms dès 1993, avant la deuxième vague black metal plus médiatisée ? La difficulté d’approche de cet auto split au nom barbare suivant UTD: Beneath The Odd-Edge Sounds To The Twilight Contract Of The Black Fascist / The Wealth Of The Penetration In The Abstract Paradigmas Of Satan, vient de sa bibliographie incertaine tout autant que du puritanisme black metal primaire dégagé par le groupe. Entre combo culte incompris et blague musicale... comment se positionner?

Les quatre titres du premier split sont crus, discordants, sauvages, au chant camé et sous-mixé. Les guitares jouent quelques riffs rock-black assez froids et s’auto mutilent de sonorités tordues presque inécoutables. La basse est parfois judicieuse, parfois ridicule. Et le tout ressemble à une répétition de musique enregistrée au téléphone portable. Le grand Frost (Satyricon/1349) a participé à 2 des titres de UTD, ce qui ici n’apporte pas grand-chose, puisque tout est de la main de Woe J Reaper, exécutant et maître à penser de cette mascarade.

Le deuxième split vaut (heureusement) plus le coup. Les lignes « mélodiques » sont tenues, les compos plus consistantes quoique toujours maxi-minimalistes. Le son est encore plus étouffé mais il écrase au moins le coté insupportable des guitares du premier split. D’obédience thrash black, l’ambiance froide se fait tout de même ressentir sur "Goatbreath", titre long sans vraie structure. Tout juste de quoi dérouter l’auditeur dans ce labyrinthe sans sortie.


Pour la deuxième partie de UDT, Furze vaut le coup d’oreille, ne serait-ce que pour l’entraînant "Deep in the Pot of Fresh Antipodal Weave", et le thrashy et agressif "Djerve Djevel". Mais c’est bien peu de consolation pour ce produit inaccessible par excès d’underground-attitude.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3