1912

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Frode Forsmo
(chant)

-Christian Loos
(guitare)

-Kjetil Ottersen
(guitare)

-Anders Eek
(batterie)

TRACKLIST

1)This Barren Skin
2)From These Sounds
3)The Architecture of Loss
4)Red Moon
5)Vagrant God
6)Pendulum
7)Saturn

DISCOGRAPHIE


Funeral - From These Wounds
(2007) - doom metal gothique - Label : Tabu Records



Funeral est un groupe qui flirte avec le tragique contre son gré. Le nom de la formation est devenu tragiquement ironique quand leur ancien bassiste Einar Frederikson s'est donné la mort en 2003... et alors que From These Wounds devait marquer le retour du groupe (dont le premier album est tout de même sorti il y a treize ans), c'est le guitariste Christian Loos qui est décédé le 28 octobre dernier, juste avant la sortie de l'album. De quoi rendre le doom/goth du groupe encore plus dépressif qu'il ne l'est déjà...

Et pourtant on peut dire que la joie n'est déjà pas vraiment mise à l'honneur sur cet album. Mis à part le choeur baroque fort joli de l'intro, From These Wounds se divise en sept titres (affichant tous entre six et huit minutes au compteur) dans lesquels tempos lents et ambiances dépressives font loi. La production est assez bonne, bien que les riffs si lourds qui viennent parfois marteler l'auditeur auraient pu gagner en impact avec un son de guitare plus travaillé. Les moments mélancoliques et mélodiques sont par contre très bien mis en valeur, le chant de Frode Forsmo et la qualité des arrangements permettant au combo de distiller une tristesse et une mélancolie presque palpables.

Ce qui frappe dès la première écoute, c'est justement la qualité de ces moments où tout repose sur des mélodies cristallines : qu'elles soient le fait de la guitare ("This Barren Skin"), ou du chant et des parties de clavier ("From These Wounds") elles sont le plus souvent très réussies, invitant au recueillement macabre et à la contemplation comme il se doit. Par contre un autre détail se fait vite remarquer, dans le mauvais sens cette fois-ci : le côté interminable des morceaux qui finit par rendre l'album lui-même interminable et même répétitif, car varier les ambiances n'est pas vraiment le fort du groupe. Le mélange My Dying Bride / Paradise Lost / Type O Negative est une bonne base, mais une bonne base ne fait pas tout...

Le chant de Forsmo par exemple est tellement dans la tradition du goth que c'en devient gênant. Grave, chaud, son timbre est agréable au début... mais après trois ou quatre titres d'affilée où les lignes de chant ont systématiquement exploré la même gamme réduite on finit par se lasser. Idem pour les ambiances générales des chansons : chaque titre développe peu ou prou les mêmes atmosphères et on finit par réaliser qu'il est franchement difficile de nommer une chanson en particulier une fois l'écoute finie. La musique de Funeral en devient pénible à force, ce qui est malvenu quand on sait que le but est d'émouvoir l'auditeur! Les quelques moments de réussite mélodique ne compensent pas cette lassitude.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3