190

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Rotten
(chant)

-Corpse
(guitare)

-Bobby Undertaker
(guitare)

-Kuolio
(basse)

-Kassara
(batterie)

TRACKLIST

1)Chaos Wartech
2)Rabid Vultures
3)Poltergeist (The Nemesis)
4)March Of The Thousand Legions
5)Carnal Damage
6)Undertaker
7)Skeletal Claws
8)Carrier Of Pestilence
9)Deadmeat Disciples

DISCOGRAPHIE


Deathchain - Deadmeat Disciples



Avec un logo comme cela, ça ne pouvait qu’être du death/thrash. Le visuel à la Kreator/Iron Maiden n’a pas trompé, et c’est bien un mélange très rapide de death et de thrash que nous offrent les Finlandais de Deathchain pour leur première galette, après deux démos. Misant tout sur la rapidité des riffs et l’agressivité apparente de ses enchaînements, Deathchain dévoile son jeu dès les premières secondes d’écoute. Sans vouloir faire l’étalage de comparaisons inutiles, on retrouvera un peu de Kreator et un peu de Dismember, le tout à la sauce finlandaise, soutenu par une production assez propre et commune.

Clairement, Deadmeat Disciples ne se démarquera pas de ce que vous possédez déjà dans vos tiroirs en terme de death/thrash. Si les titres se suivent avec violence et intensité, si l’on sent que ces petits gars prennent ce qu’il y a de meilleur ici et là, et si l’on ne s’en réfère qu’à l’efficacité dégagée, OK, mais il manque sacrément de la personnalité et un son. Les riffs sont sacrément ciselés et la batterie est précise comme une mitraillette, les guitares sont assez folles et monstrueusement précises et la puissance qui se dégage de ce travail en général vaut le coup d’oreille, ne serait-ce que par amour du métal. On trouvera aussi un chant moitié death moitié thrash, right in your face, comme disent certains.
Mais alors qu’il n’y a aucune pause, aucun semblant de respiration, les titres s’enchaînent sans nuance réelle, sans distinction du début à la fin. Et l’on espère surtout que le groupe prend toute son ampleur sur scène, sinon il deviendra vite dispensable. Pour s’arrêter sur quelques titres qui marchent bien, nous avons "March Of The Thousand Legions", qui se démarque des autres titres par des shouts vocaux et de tranchants soli. "Carnal Damage" se veut très rapide sans réel compromis. Les soli sur ces titres comme sur la majorité de ceux de l’album se veulent assez inspirés du vieux thrash des années quatre-vingt, comme si le groupe ne voulait pas lâcher la main au passé. On retrouvera aussi une certaine véhémence dans "Carrier Of Pestilence", composition assez expressive et plus thrash que les autres, près d’un Kreator furieux. Mais noyés dans cette demi-heure d’interprétation, ces titres ne pèsent pas lourd sur l’ensemble sans relief de Deadmeat Disciples.


Deathchain poussera certains au headbanging, cela est certain, mais il parviendra avec difficulté à plaire à un public déjà équipé des classiques du genre. Après, s'il vous vient la tentation d’écouter le death thrash comme vous le connaissez avec cette fois les riffs dans un ordre différent, alors OK.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5