18984

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 24 juin 2022
Sa note : 15/20

LINE UP

-Till Lindemann
(chant)

-Richard Kruspe
(guitare)

-Paul Landers
(guitare)

-Oliver Riedel
(basse)

-Christoph Schneider
(batterie)

-Christian "Flake" Lorenz
(claviers)

TRACKLIST

1) Armee der Tristen
2) Zeit
3) Schwarz
4) Giftig
5) Zick Zack
6) OK
7) Meine Tränen
8) Angst
9) Dicke Titten
10) Lügen
11) Adieu

DISCOGRAPHIE

Herzeleid (1995)
Sehnsucht (1997)
Live Aus Berlin (DVD) (1999)
Mutter (2001)
Reise Reise (2004)
Rosenrot (2005)
Völkerball (DVD) (2006)
Liebe Ist Für Alle Da (2009)
In Amerika Live (2015)
Rammstein (2019)
Zeit (2022)

Rammstein - Zeit
(2022) - indus enfin plus trop - Label : Universal



Cette fois-ci, je ne me ferai pas avoir. Voici le mot d'ordre à la sortie du nouvel album de Rammstein, Zeit. Effectivement, emballé par leur retour après dix ans d'absence, j'ai clairement surnoté l'album éponyme de 2019, ce 14/20 devrait n'être qu'un 12/20, le groupe n'ayant pris aucun risque, et seule "Puppe" pouvant se targuer d'être un grand morceau. Zeit bénéficie donc de deux mois d'écoutes intensives et surtout d’interrogations face aux retours plus que mitigés, Zeit se révélant être un très bon album.

Pourquoi ce léger désaveu ? Un premier élément de réponse : l'absence DU single. L'absence de ce hit qui va faire parler. Sur Zeit, pas de "Amerika", pas de "Pussy", pas de "Deutschland", rien pour appâter le chaland, mais un premier single éponyme tout en ambiance et en intensité. Ambiance et intensité, voilà clairement les maîtres mots de ce septième album studio. Alors certes les Allemands ne gomment pas tous leurs tics de composition. "Zick Zack", ressemble de trop près à "Radio", et "Dicke Titten" est clairement putassier en voulant jouer sur le folk humoristique. Mais en dehors de ces deux occurrences, on retrouve un sextet sûr de sa force et de sa maîtrise. "Armee der Tristen" prend le contre pied de "Deutschland". Sur un faux rythme, le combo délivre une composition solide, forte, délaissant la vivacité des guitares pour un rythme intense. "Zeit" et "Schwarz" poursuivent cette direction, cette dernière se révélant au fil des écoutes, grâce notamment à ses notes au piano. Une fois cette ambiance posée, Rammstein accélère le tempo pour revenir à ses acquis avec "Giftig", "Zick Zack" et "OK".
Mais là où la bande à Till crée la surprise c'est sur la seconde partie de Zeit. Outre "Dicke Titten", le combo va surprendre. Fini les ballades larmoyantes à la "Ohne Dich" ou "Frühling in Paris", "Meine Tränen" n'est pas là pour tirer une larme au plus sensible d'entre nous, mais continue dans la même ambiance intense, grave et poignante. Elle prépare également le terrain pour LE titre de ce nouvel effort : "Angst". Cette proposition a tout pour devenir un classique : une puissance à la "Mein Teil", un Till qui retrouve une seconde jeunesse, l’occurrence est brutale (et bénéficie d'un clip sublime). Essai transformé, tout comme, dans un autre genre, l'ovni qu'est "Lügen" et son abus d'autotune (qui, si on en croit le titre, « mensonge », est clairement volontaire pour appuyer le propos). Déconcertante mais réussie. Alors oui Rammstein a laissé les tubes et les guitares acérées à la maison (pour ce dernier point, ce n'est pas une nouveauté) mais propose une œuvre cohérente, qui ne faiblit pas au fil des écoutes et qui s'avère bien plus inspirée que l'éponyme à la durée de vie limitée.


S'il ne révolutionne pas la carrière de Rammstein, Zeit prend clairement le contrepied de son prédécesseur : plus travaillé et plus varié, il s'avère, selon votre serviteur, le meilleur album depuis des lustres. Que nous réservent les Allemands pour la suite ? Et suite y aura-t-il ? La question est en droit de se poser, l'album se concluant par "Adieu", joli mid tempo traditionnel de clôture.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2