1885

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Herr Morbid
(chant+guitare)

-Algol
(basse)

-Razor SK
(guitare)

-Asher
(batterie)

TRACKLIST

1)Malus Vivendi Pt. I
2)Kill Life
3)Alone
4)House of Nostalgia
5)Malus Vivendi Pt. II
6)Love's Burial Ground
7)Slave To Negativity
8)Forgotten Tomb 2003
9)Malus Vivendi Pt. III

DISCOGRAPHIE


Forgotten Tomb - Love's Burial Ground
(2004) - black metal doom metal - Label : Adipocère



Forgotten Tomb n’aime pas la vie, Forgotten Tomb n’aime pas la jeunesse. Il faut savoir que Herr Morbid retranscrit ici toute la haine, la colère et la négativité qui lui transpercent la peau. Enfin récompensé avec l’arrivée de plusieurs membres complétant le groupe, Forgotten Tomb peut maintenant pleinement et plus que jamais nous faire sombrer dans les méandres du désespoir et surtout de cette négativité, réelle entité divine pour le leader et géniteur du groupe.

Il s’agit avec Love’s Burial Ground du troisième album après les bons Songs To Leave et Springtime Depression. Le groupe a signé chez Adipocère depuis le deuxième album et il n’est pas à cacher que cela a servi au groupe en terme de promotion et d’organisation de tournées. Comme sur les anciens albums, le groupe s’aventure dans un black doom dépressif plus que torturé. Le chant de Herr Morbid, proche de celui du sieur Count Grishnackh, parvient à libérer une expressivité vraiment touchante, proche de l’agonie. Le travail instrumental est bien accompli, principalement lent et lourd, proche c’est bien connu des premiers Katatonia et de Dolorian. Les harmoniques de guitares jouent la carte du mineur et du presque dissonant, comme sur "Alone" et "House Of Nostalgia". De manière générale tout de même ces mélodies malsaines, mises en relief grâce à la seconde guitare, sont jouées avec sensibilité en parcourant les harmoniques d’accords s’enchaînant avec autant de souplesse que de lourdeur maladive.

Je retiens mon attention sur un titre particulièrement prenant: "House Of Nostalgia", réelle pièce montée de pessimisme et d’horreur. Le piano de l’introduction amène une sorte de nostalgie et une ambiance tragique. La suite reprend la même ligne mélodique avec encore cet esprit doom maladif. Pour le savoir, Herr Morbid s’est toujours senti attiré à contre gré vers un antre déserte peu loin de chez lui. Cette attirance aveugle porte son lot d’angoisses. Bon, désolé pour ces termes un peu noirs, mais ce sont ceux qui me viennent à l’esprit à l’écoute de Love’s Burial Ground.

Toujours dans ce même titre et sur beaucoup d’autres, les guitares acoustiques prennent souvent place pour soutenir l’ambiance brumeuse et peu tranquillisante déjà présente. Le chant de Herr Morbid avec ce petit quelque chose de dérangeant créé à lui tout seul aussi cette ambiance suicidaire que l’on ressent du début à la fin. Les passages black metal se mêlent à l’ensemble ("Kill Life", "Love’s Burial Ground"…) pour nuancer le propos tout en gardant la même idée. Le titre "Love’s Burial Ground" se veut d’ailleurs plus black/dark que les autres parce que plus rapide et surtout plus «nordique» dans l’esprit. A remarquer que le titre "Forgotten Tomb", dans la même trempe que "Love’s Burial Ground", provient des enregistrements de la démo Obscura Arcana Mortis quatre ans auparavant.


Pour essayer de résumer, on sent ici un travail vrai, créé à partir d’une inspiration sincère pleine de mélancolie et de noirceur. Forgotten Tomb ne ment pas. On ne peut écouter cet album en choisissant ici où là un titre, mais en se l’enfilant d’une traite. L’ambiance révélée ici ne peut souffrir de rupture. Il peut être effectivement difficile de se concentrer sur tout un album, les plans de guitares et les ambiances étant à peu près dans la même veine. C’est à l’auditeur de juger s’il a la capacité à avaler plus d’une heure de mal-être et de pulsions suicidaires.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2