18743

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 15 août 2021
Sa note : 13/20

LINE UP

-Rasmus Soelberg
(chant+basse)

-Kristian "Snade" Snedker
(guitare)

-Rasmus Holm Sorensen
(guitare)

-Jesper Fogh Skousen
(batterie)

TRACKLIST

1) Kill Everyone
2) Before Violence Strikes
3) Don't Get Mad, Get Evil
4) See You in Hell
5) Legion of Hate
6) Straight Out of Kattegat
7) One Last Victim
8) 1942
9) Killed in Action

DISCOGRAPHIE


Killing - Face the Madness
(2021) - thrash metal - Label : Mighty Music



Killing… Bouais, dans le metal on a connu des noms moins évocateurs et moins directs, mais plus originaux (Municipal Waste c'est quand même plus recherché). Pourtant, il s’agit là du premier Killing d'après Metal Archives, étonnant non (ne vous inquiétez pas, il existe pléthore de Killing bidule) ? Bref, Danemark, thrash, premier album, va falloir faire ses preuves.

Tout commence comme un appel invocatoire à Slayer, ou Death Angel. Ce long cri éraillé, ça sonne tellement marqué. Ben oui ça l’est. Un peu plus loin, le « Don’t get mad, get evil » de la chanson du même nom rappelle tout autant nos amis Philippins de San Francisco. D’ailleurs, Killing pour… Killing Season ? Qu’importe, on enchaîne les riffs sans temps mort, ça balance de la double croche dès que rendu nécessaire. Le tout dégage un sentiment de puissance communicative comme tout bon album de thrash. Il ne s’agit pas de party thrash, mais bien de brûlot punk avec le curseur poussé bien haut. La batterie martèle ses boum boum avec conviction tandis que les accords fusent avec férocité.
Le chant braillard se rapproche un peu de la stridence black, néanmoins il est clairement plus dans l’agression thrash. Tant mieux car on ne parle pas Nifelheim (bien que géographiquement proches, et pourquoi pas un peu également dans les accès de violence). L’ensemble fornique dans un tout cohérent. Sans aller jusqu’à écrire « harmonieux » tant le terme serait décalé dans le contexte, Killing dégage une vraie pulsation collective. Chaque membre se met à sa place, et surtout dans une optique hargneuse, énergique. Qu’en dire de plus dès lors que les constats sont faits et qu’il devient difficile de prendre réellement en défaut le groupe ?


En un album honnête de thrash véhément, Killing porte l’estocade dès qu’il le peut (c’est-à-dire en permanence). Suffisamment pêchu pour emporter l’adhésion des amateurs, Face the Madness s’affirme comme une excellente première sortie : vectrice de futures réussites ?





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5