18739

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 07 août 2021
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ingrid Madeleine "Eleine" Liljestam
(chant)

-Rikard Ekberg
(chant+guitare)

-Anton Helgesson
(basse)

-Jesper Sunnhagen
(batterie)

A participé à l'enregistrement :

-Ludwig Dante Blaesild
(guitare sur 1 et 8)

TRACKLIST

1) Enemies
2) Dancing in Hell
3) Ava of Death
4) Crawl from the Ashes
5) As I Breathe
6) Memoriam
7) Where Your Rotting Corpse Lie (W.Y.R.C.L)
8) All Shall Burn
9) Die From Within
10) The World We Knew
11) Die From Within (symphonic version)

DISCOGRAPHIE


Eleine - Dancing in Hell
(2020) - metal symphonique - Label : Black Lodge



Deux ans après un Until the End des plus sympathique et un EP de transition, les Suédois d'Eleine sont de retour avec un troisième essai, Dancing in Hell. Très actif sur les réseaux sociaux et sur scène (le groupe tourne énormément, bien que le Covid ait cassé leur élan), Eleine compte gravir les échelons pour se faire une place au soleil dans le club très sélect des mastodontes du metal symphonique.

Si le premier album éponyme posait les bases du style Eleine, Until the End allait plus loin, et, sans vraiment se démarquer, apportait une certaine fraîcheur. Le groupe a donc tout intérêt à passer la vitesse supérieur avec Dancing in Hell. Le constat est implacable. Oui, Dancing in Hell est sympa, la production est carrée, le mix au top, les refrains efficaces, Madeleine chante toujours aussi bien, le travail sur les rythmiques est toujours aussi travaillé ("Dancing in Hell") mais, nom de dieu, c'est convenu. Où est la folie ? Où sont les prises de risques ? "Crawl of the Ashes" se voit doter d'un arrangement orchestral copié collé sur ce qui se faisait sur l'opus précédent, "Enemies", "All Shall Burn" (présents sur l'EP précédent) et "As I Breathe" sont des hits en puissance construits sur la même structure. Efficaces, sympas mais convenus. Vous me citez "W.Y.R.C.L." ? À d'autres, le groupe use d'artifices pour faire passer le titre pour sombre et terrifiant. Tout cela est donc fort sympa mais, l'amateur de metal symphonique veut plus.
Fort heureusement la bande de la douce Madeleine s'illustre sur plusieurs moments forts. "Ava of Death" est juste un TUBE comme on en entend que trop rarement. Tout est y efficace, de l'orchestration, qui ne prend pas trop de place au refrain sublimé par une vocaliste qui, comme à son habitude n'en fait pas des caisses. "Memoriam" fait office de ballade, mais n'en est pas une à proprement parler. C'est la touche douceur de Dancing in Hell, mais une douceur sombre et touchante et qui prend son temps (c'est l'occurrence la plus longue de ce nouvel effort). Enfin, "Die From Within" est un peu l'ovni de Dancing in Hell. Ovni car on est en plein exercice de metal symphonique à la finlandaise alors que les Suédois ont une approche plus directe, plus tubesque, moins grandiloquente. "Die From Within" est plus théâtrale, voir clichée, mais l'agrément de la sauce Eleine (growls de Rikards, orchestrations tendance orientales - une des marques de fabrique du combo) rend la composition des plus intéressante et permet de conclure l'album de fort belle manière ("The World We Knew" étant une outro).


Eleine fait donc du Eleine. Une maîtrise et un savoir faire certains que beaucoup de groupes pourraient jalouser mais, pour un troisième effort on est en droit d'attendre un peu plus qu'un combo qui se repose sur ses lauriers. Une partie peut se justifier par la crise sanitaire qui touche le monde depuis bientôt deux ans. Il reste donc à espérer que le groupe se donne un coup de collier s'il veut franchir un palier. À suivre.






©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1