18727

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 05 juillet 2021
Sa note : 11/20

LINE UP

-Nicoletta Rosellini
(chant)

-Shaman
(guitare)

-Monk Key
(basse)

Ont participé à l'enregistrement :

-Emiliano Pasquinelli
(chant sur "On the Road to Babylon")

-Nick Howard
(narration sur "Nothing")

-Flaming Jack
(guitare)

-Tio Frank
(claviers)

-Arcanus
(batterie)

TRACKLIST

1) The Sound of Rain
2) On the Road to Babylon
3) Walk on the Sky
4) On the Moon or on Mars
5) Nothing
6) In the Mists of Time
7) My Restless Wings
8) Time to Rise
9) Critical System Failure

DISCOGRAPHIE


Walk In Darkness - On the Road to Babylon



Il arrive que l’on découvre un jeune groupe, sans prétention et qu’on tombe sous le charme de leur musique, non dénuée de défauts, mais porteuse d'émotion. C’est le cas des Italiens de Walk In Darkness, qui, avec On the Road to Babylon, apportent une certaine fraîcheur, bien que peu originale.

Dans ce genre de situation, nous n'avons que peu de choses à dire et nous contenter ainsi d’une petite chronique, dont le but premier, si le genre vous sied, sera de vous conseiller de jeter une oreille sur le nouvel effort du trio. Les compositions traitent d’une représentation de l’apocalypse à travers « l’involution », la Terre devenant un lieu sans héros, dominée par la technologie.  Des propositions comme "In the Mists of Time" ou "Time to Rise" représentant parfaitement ce thème central.
Musicalement parlant, je ne vais pas vous mentir : On the Road to Babylon n’est pas l’album du siècle. On peut même ajouter qu'il ne manque pas de défauts : des titres à la structure et aux effets sonores identiques et sans variations et une production pas vraiment au niveau. Cependant, l’ambiance globale de l’album crée quelque chose lors de l’écoute. La voix de Nicoletta est envoûtante, et surtout, l’ambiance des morceaux collent parfaitement aux thèmes abordés ci-dessus, ce dont tous les groupes ne peuvent se vanter.
Alors certes, la différence entre les propositions est criante. "Walk In Darkness" alterne le bon (l’opener "The Sound of Rain"," On The Road to Babylon"), le très bon (l’excellente "In the Mists of Time", "Time To Rise") et le moins bon (le reste, dont le single "Nothing").  Si les Italiens usent et re-usent de tous les leurs tics de compositions, cela fonctionne parfois, comme la double pédale sur le final de "Time to Rise" ou les arrangements symphoniques illustrant parfaitement le désespoir sur "In the Mists of Time".


A travers ses neuf créations, Walk in Darkness apporte sa vision du Gothic-symphonic metal. Tous les ingrédients du style sont là, sans vraiment apporter une réelle plus-value au genre. Cependant, une certaine maîtrise, une cohérence entre les thèmes et la musique ainsi que quelques titres de très bonnes factures rendent On the Road to Babylon attachant. Il mérite qu’on donne une chance au trio italien.






©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7