18666

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 22 avril 2021
Sa note : 14/20

LINE UP

-Anne Lill Rajala 
(chant)

-Emily Leone
(chant+violon)

-Harri Koskela
(chant+claviers)

-Mika Haavisto
(guitare)

-Aapo Lindberg
(basse)

-Joonas Pykälä-aho
(batterie)

TRACKLIST

1) Waltz of Lilian
2) Road to Styx
3) Dark Skies
4) Revelation

5) The Order
6) New Horizon
7) The Grey Realms
8) Silence Falls

DISCOGRAPHIE


Lost In Grey - The Grey Realms
(2017) - metal symphonique Metal théatral - Label : NoiseArt records



Après un premier effort avec son groupe précédent, Dotma, Harri Koskela continue son exploration musicale symphonique et théâtrale, et crée Lost In Grey. Plus consistant, The Grey Realms offre un premier aperçu des aspirations de son créateur, qui déboucheront en 2019 sur le sublime The Waste Land.

The Grey Realms n'est pas un album concept à proprement parler mais raconte une histoire et chaque vocaliste interprète un personnage. L’œuvre est ainsi décomposée en cinq axes, un prélude, trois chapitres et un épilogue. Cependant, contrairement à d'autres essais, les œuvres peuvent très bien s'écouter indépendamment, le pré-découpage ne servant que les paroles et l'histoire de Lilian, de Patrick et d'Odessa. Ce premier effort suit la lignée des titres grandiloquents concluant Sleep Paralyses de Dotma. Cependant des différences sont notables, notamment en termes de production où The Grey Realms bénéficie d'un rendu quasi parfait et léché. Vocalement, on retrouve, comme sur The Waste Land, le sublime et complémentaire duo, Anne Lill et sa voix tiraillée et Emily et son approche lyrique. Harri se chargeant quant à lui de quelques growls.
Contrairement au second essai des Finlandais, The Grey Realms va lui souffrir de quelques turbulences en son sein, on ressent clairement le tâtonnement d'Harri dans ses compositions et ainsi de vouloir en mettre plein la vue de son auditeur mais en y perdant le fil. Le titre éponyme en est l'exemple flagrant. Après plus d'une dizaine d'écoutes, je n'en tire toujours rien tant il ne se passe rien pendant douze minutes. Même chose pour "The Order" qui casse complètement une dynamique pourtant formidable avec l'enchaînement "Dark Skies" et "Revelation". La première citée est, à mon avis, le meilleur titre du combo à ce jour : puissant, avec un final emmené de main de maître par Anne et sa voix habitée, le tout soutenu par la batterie Joonas,  le titre le plus pêchu de l'effort. "Revelation" continue dans la même veine mais dans un registre plus symphonique et plus théâtral.
Si ce côté théâtral se rate par moment ou n'apporte pas la puissance escomptée ("Road to Styx"), Harri arrive tout de même à délivrer des instants de grâce et d'alchimie entre le talent de ses chanteuses, les arrangements symphoniques et les chœurs grandiloquents. Outre "Revelation", "New Horizon" illustre parfaitement cette maîtrise. Il est difficile de ne pas apprécier The Grey Realms avec le temps, surtout quand on voit l'évolution de Lost In Grey, qui a tout du combo pour faire fuir les « trve », mais qui se révèle un quintet tout en maîtrise. Et si la subtilité est parfois mise de côté sur ce premier effort (tout comme la guitare (sic)), le rendu final est suffisamment enthousiasmant pour les en féliciter. La suite me donne raison, et un troisième effort devrait voir le jour d'ici la fin de l'année. Vivement !


Si vous êtes en manque de metal symphonique mais que vous voulez du sang neuf, Lost In Grey est clairement fait pour vous. Le groupe apporte une fraîcheur non négligeable dans un genre qui en a fort besoin, et si The Grey Realms a certains points faibles (titres bancals, absence de mordant de la guitare), il n'en reste pas moins un album solide.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2